A Turtle in a Kitchen

a déménagé

http://www.aturtleinakitchen.fr

Désolée pour le dérangement...

A Turtle in a Kitchen: novembre 2007

novembre 27, 2007

Un an de Pralines et Gratons, un cheesecake du frigo, des truffes au chocolat et des macarons mauves

Je ne sais pas vous, mais moi, avec le froid qui sévit tout à coup, je suis un peu fatiguée en ce moment. Plus qu'une envie le soir, et le week end encore plus, faire la moule dans mon canapé. Bon, évidemment, je n'y arrive jamais. Il y a toujours mille activités qui me tirent de ma torpeur pour me pousser dehors, ou en tout cas, en dehors de mon canapé ou de mon lit

Ce week end n'a pas dérogé à la règle, surtout qu'il s'agissait de fêter avec les Pralines et gratons l'anniversaire de la création de ce groupe de bloggeuses déjantées avec lesquelles je pratique l'art et la manière de cuisiner en m'amusant. Un an de rencontres régulières avec des êtres rares, aux personnalités riches, dont la pratique de la cuisine est aussi variée que les caractères de ces femmes, toutes particulières, toutes originales, ayant comme point commun, outre l'amour de la cuisine, cette générosité qui me les rend uniques.

Je pourrais une fois encore vous expliquer mon émerveillement à découvrir, à chacune des rencontres, que ces personnes que je n'aurais sûrement jamais croisé, sans cet outil magique qu'est internet, me sont chères. Je pourrais vous dire les fou-rires et autres moments riches que je partage avec elles et eux (bien que les eux soient nettement moins nombreux!!). Je pourrais vous dire qu'après avoir appris à faire des magrets séchés, du foie gras maison, des caramels au beurre salé et des chocolats de Pâques, sous la direction de notre Praline Chocolatée Guillemette, et avoir reçu cette bande de follesdingo si super avec ma Grande copine Véro, j'ai macaroné pour la première fois de ma vie... sous la direction de la grande Kashyle


Je pourrais encore vous dire l'émerveillement des miens découvrant ces macarons violets quasiment parfaits, généreusement garnis d'une ganache au chocolat pour les uns, d'un caramel au beurre salé pour les autres....


Je pourrais vous dire ma joie en croisant dans l'entrée de l'appartement de Kashyle, qui nous accueillait, le sourire illuminé et ô combien charmant de la douce Samania, qui nous faisait l'honneur de partager avec nous ce moment particulier....



Je pourrais...


Mais ce soir, j'ai juste envie de vous laisser imaginer ce que les mots restranscrivent toujours fort mal, quand on ressent plus qu'on ne pense.

Pour vous aider malgré tout, voici le résumé en images, si joli, réalisé par Samania et Stanislas, de cette après midi macaron précédant la soirée-anniversaire des Pralines et Gratons.







Pour cette dernière, nous devions amener quelques petites préparations salées, Dame Kashyle ayant décidé de nous offrir pour sa part un buffet sucré. Nous devions également, sur la brillante idée conjointe de Kashyle et moi-même, réaliser un petit cadeau fait main, à offrir à une des Pralines, ensuite attribué à chacune par la main innocente de Manon.



J'avais décidé de réaliser pour l'occasion des truffes au chocolat. Bien organisée, je me retrouve deux jours avant en train de réaliser ces dernières. Au moment de terminer, je réalise soudain que je n'aurais aucun autre moment avant la fin de la semaine pour recuisiner et me voilà alors en train de me creuser la tête à 21 heures passées, devant un frigo quasiment vide, pour déterminer ce que j'allais bien pouvoir faire de salé...



Quelques carottes, un peu de feta, du chèvre frais, du beurre, voilà quasiment tout ce que comportait alors ledit frigo. Une mission pour la Turtle! Ni une ni deux, j'envisage de concocter une sorte de Cheesecake salé à la carotte! J'ouvre un placard pour récupérer ma farine et là, je tombe sur un paquet de chapelure Graham Cumbs, envoyé par Isa, il y a très longtemps et toujours pas utilisé. Je regarde les ingrédients et m'aperçois qu'il y a un peu de sucre, mais relativement peu. Je me dis que ça peut donner un petit goût sucré salé à la pâte qui me paraît susceptible de bien fonctionner avec la carotte et le chèvre. Au moment de fermer le placard, j'embarque également quelques graines de pavot et de tournesol trainant alors sous mes yeux. Et sans autre préalable, je me lance....

En somme, cette recette est tout droit sortie de mon cerveau farfelu, un soir où rien ne m'effrayait... (bien qu'inspirée, cela dit, par les centaines de recettes que je vois, lis ou dévore tous les jours). Ce soir là, j'ai laissé parler mon instinct. Pour être tout à fait honnête, ceci n'a rien de bien original pour moi. La grande majorité des plats que je réalise répond à ce principe.. qui est devenu presqu'une seconde nature, et même un principe de vie, en quelque sorte. Habituellement, je garde mes tentatives pour moi, puisque je les réalise quand il n'y a pas de cobaye, hormis parfois ma P'tite caille qui passe souvent à l'improviste, comme par hasard, à l'heure du déjeuner ou du dîner.

Autant vous dire que je ne pensais certainement pas le publier, ce cheesecake. Mais voilà, contre toute attente, il m'a beaucoup plus et a eu l'air de plaire à la majorité des Pralines réunies ce soir là, cobaye de qualité s'il en est, au palais bien aiguisé! Alors qu'à cela ne tienne, malgré les photos prises à la va-vite au cours de la soirée, j'ai décidé de vous en faire part ce soir.

Je résiste d'autant moins au plaisir de le publier que cette petite recette sans prétention, en plus d'être étonnante, répond point par point au cahier des charges de la génialissime Lilizen, et j'en profite ainsi pour honnorer la promesse faite à cette dernière de participer à son jeu la Cuisine du frigo!

Le principe en est simple, il tient en une phrase : il s'agit de sauter sans parachute, faire une recette sans aucun livre de cuisine, sans base, juste à l'instinct. Avouez que je colle pile-poil à l'esprit avec cette recette de Cheesecake sucré-salé à la carottes et au chèvre, au petit goût de reviens-y!


Ingrédients (aussi précisément que le permet le cerveau d'une Turtle, 5 jours après)

  • 300 g de carottes râpées
  • 100 g de chèvre frais (ceux qui sont moulés en petites bûches)
  • 100 g de feta
  • 1 ou 2 CS de lait
  • un soupçon de muscade et de curcuma
  • 3 CS d'huile d'olive
  • Poivre cubèbe ou poivre noir, à défaut
  • 2 oeufs
  • 150 g de farine
  • 50 g de chapelure graham crumbs (si vous n'en avez pas, vous pouvez à mon avis ajouter un peu de chapelure, que vous agrémenterez d'un soupçon de sirop d'érable ou d'un peu de mélasse. En revanche, si vous souhaitez une pâte salée classique, ajoutez simplement le même poids en chapelure)
  • 1 belle poignée de graines de tournesol non salées
  • 1 cc ou 2 de graines de pavot
  • 75 g de beurre demi sel

Marche à suivre:

  • Préchauffer le four th 6 (180 °C)
  • Râper les carottes, et les faire revenir dans une poêle, avec deux cuillères à soupe d'huile, une vingtaine de minutes, à feu moyen, pour qu'elles dorent, saler, ajouter un soupçon de muscade et de curcuma
  • Pendant ce temps, mettre dans un saladier la farine, la chapelure, les graines de tournesol et de pavot, et le beurre coupé en petits morceaux, sabler la pâte du bout des doigts en veillant à ne pas laisser de trop gros morceaux de beurre,
  • Répartir la pâte au fond d'un moule à manquer beurré ou en silicone, en tassant bien du bout de la paume de la main.
  • Cuire une dizaine de minutes la pâte
  • Pendant ce temps, écraser le chèvre, la feta et le lait, de manière à obtenir une pâte dense mais souple, ajouter un peu d'huile, poivrer et rectifier si nécessaire l'assaisonnement
  • Mélanger les deux oeufs au fromage, bien mélanger, et ajouter ensuite les carottes cuites
  • Verser le mélange sur le fond de pâte précuit, et glisser entre 25 et 30 minutes dans le four, jusqu'à ce que le dessus soit bien dorer et que l'appartement embaume
  • Laisser refroidir pour démouler et servir froid, coupé en petits cubes, à l'apéro ou en plus gros morceaux, accompagné d'une salade pour un repas complet

Bilan des courses:

J'avais congelé le cheesecake, une fois refroidi pour l'amener samedi soir. L'ayant sorti le matin, il était froid mais dégelé au moment de le servir. Je n'ai eu aucun mal à le démouler, et à le couper en morceaux. J'avais peur que la pâte se délite et tombe en morceaux friables, ce qui n'était pas le cas. Malgré la congélation/décongélation, la pâte restait bien sablée, et la dent tombait au hasard d'un coup de dent sur quelques graines de tournesol, accentuant le craquant de la pâte. Le léger goût sucré de cette dernière s'harmonisait bien avec la saveur du mélange feta/chèvre, assez salé, qui typait bien le mélange supérieur. Le tout était gourmand, sans être écoeurant. Riche en saveurs, sans être lourd.

En bref, une petite recette toute simple et qui change de la sempiternelle quiche aux légumes!

J'imagine bien ajouter des herbes (basilic, romarin, thym) ou des épices (curry, paprika), lors d'un prochain essai. Vous pouvez aussi incorporer quelques amandes effilées (que je pensais mettre dans le mélange du dessus, et que j'ai oublié!) pour jouer sur le croustillant de la garniture.

Ensuite, voici la recette de truffes au chocolat, au cacao Inca et Beurre d'érable. Là, je me suis largement inspirée de la recette trouvée chez Patrick Chazallet, que j'ai malgré tout détournée, en fonction de mon envie subite d'utiliser un peu du beurre d'érable offert par une amie chère et en fonction des ingrédients disponibles, une fois encore!
Ingrédients:
  • 200 gr de chocolat noir (au lieu de 250)
  • 2 jaunes d'oeufs
  • 100 gr de beurre (au lieu de 150)
  • 70 gr de sucre
  • 17 cl de crème fraîche liquide (au lieu de 200 g)
  • 2 belles cuillères à café bombées de beurre d'érable
  • 20 g de cacao Inca (très parfumé)

Marche à suivre:

  • Dans une casserole, faire fondre au bain marie le chocolat cassé en morceaux.
  • Dans une autre casserole, faire bouillir la crème. Dès qu'elle bout, ajouter le beurre d'érable et verser dans le chocolat.
  • Incorporer les jaunes d'oeufs, le sucre, le beurre ramolli
  • Travailler ce mélange jusqu'à l'obtention d'une pâte homogène.
  • Laissez reposer 12 heures au réfrigérateur.
  • Le lendemain, sortir la pâte du réfrigérateur, verser du cacao en poudre dans une assiette, former des petites boules, les rouler dans le cacao amer. Conserver au frais
Bilan des courses:

Dans ma famille, personne n'aime les truffes, qu'on accuse souvent d'être trop fortes en chocolat. Dimanche, je leur en ai amené malgré tout une dizaine, pour savoir ce qu'ils en pensaient. Ils les ont adorées!
Celles-ci ont l'avantage, grâce à l'ajout des jaunes et du sucre, d'être moins fortes en chocolat que celles réalisées, comme parfois, avec simplement un peu de crème. L'ajout de beurre d'érable donnait un petit goût particulier à ces dernières, très agréable, selon mes proches.
Si vous les réalisez, choisissez avec soin la qualité du chocolat, ainsi que celle du cacao dont vous les recouvrez. J'avais opté, pour ma part, pou un cacao Java, très typé en goût, et original, découvert dans une épicerie fine de Lyon.
Je termine ce billet en souhaitant encore un très Joyeux anniversaire aux Pralines et gratons!

Conté par Alhya at 11/27/2007 09:20:00 PM | 47 comments Fiche recette

novembre 19, 2007

Apéro, Part II: Boulettes Keftas, Blinis au maïs et purée d'aubergine acidulée aux pommes, pétales de saumon



Dans la série "les questions fondamentales du mois de novembre de la Turtle"... aujourd'hui une question apparemment moins profonde que la dernière fois, mais tout aussi coriace : qu'est qu'on fait pour les vacances? Plus précisément, qu'est ce qu'on fait pour les prochaines vacances? Autrement dit encore (pour ceux qui auraient 3 neurones en état de fonctionnement), celles de Nöel.... Ah.... la belle question! Je dois dire qu'une seule autre lui arrive à la cheville, qu'est ce que tu fais pour le Réveillon? Là, on a le doublet qui tue. Les Twins-questions (in english please) -bombe-kalachnikov....

Ah! bien sûr, si vous êtes parmi les chanceux qui fêtaient toujours Noël en famille et au même endroit et le Réveillon avec la même bande de potes, avec lesquels vous jouiez déjà à la corde à sauter en maternelle, au pictionnary en cm2 et au pocker sur les tables en formicas de la cafette de la fac, pas de souci ! Vous savez depuis des mois ce que vous ferez pour l'occasion, avec qui et où vous serez.... vous n'êtes donc pas concernés...

En revanche, si vous partagez l'ADN avec une bande de zozos qui ont de forts caractères, trois ex mari, deux ex femmes soit 32 raisons de s'écharper avant de tomber d'accord sur la date ( 24 au soir ou 25 à midi?), le lieu (au hasard, un appart en Bretagne à 9 heures de route, une baraque aussi confortable et chaleureuse qu'un frigo, ou l'appart d'étudiant du p'tit dernier, répertorié parmi les squats devant l'Eternel par tous les moins de 30 ans de la ville), sachant que parfois, les deux peuvent se combiner (ah mais non! On ne pourra pas être à Paris le 24 au soir, enfin! Tu sais très bien que 6 heures après ma fille devra être à St Malo avec les parents de la nouvelle amie de mon ex-mari!), alors vous voyez parfaitement de quoi je parle. De même, si vous avez cette incroyable chance d'avoir non pas une, mais 12 bandes de copains, d'horizons divers, d'âges variés et qui n'ont comme seul point commun que vous, alors définitivement, vous savez parfaitement de quoi je parle.. ces éternelles conversations sur l'organisation du fameux Réveillon, avec la pression qui grandit, plus les semaines passent... alors, nous sommes définitivement sur la même longueur d'ondes!

D'ailleurs, j'en veux pour preuve le fait que les fêtes de Noël et du nouvel An, c'est un peu comme le temps qu'il fait, ça meuble quantité de conversations... Tellement, même, que ça ne laisse pas de me surprendre, cette capacité qu'ont les gens à anticiper... Comme si, pour tout le monde, celui qui n'aurait pas, au 15 août, une idée précise de la manière dont se jouera la fin d'année serait aussi sec catalogué parmi les malheureux, sans famille, ou, pire, un looser sans amis...

Pour ma part, je déteste qu'on me demande, alors que je suis tranquillement en train de bronzer sur ma serviette, comment j'imagine Noël... Parce que, envisager ne serait-ce qu'un instant les températures hivernales d'un mois de décembre un 12 août, et bien... non, rien à faire, ça ne m'emballe pas ! Généralement, je lance un "laisse-moi finir mon bronzing tranquille, on a BIEN le temps d'y penser", censé couper court à la discussion... Bon, bien sûr, ça n'empêche jamais le sujet de revenir sur la table. Quand un mois après, cela arrive inévitablement, je commence mine de rien à desservir et me met instantanément à faire la vaisselle : l'eau qui coule, ça évite de devoir écouter, et puis personne ne songe même à vous dire de vous joindre au débat, trop contents qu'ils sont que vous soyez de la corvée de nettoyage.

Enfin, quand arrive le moment fatidique, comme ce samedi de la mi-novembre, où je suis prise entre quatre yeux parce qu'on est à un mois et quelques jours à peine, -en insistant sur le "à peine", avec un ton qui sous-entend qu'on frise la dead line -, du fameux jour, et que je ne peux plus remettre à plus tard la fameuse discussion, je suis toujours toute surprise de voir que, depuis la fameuse conversation sur la plage, il y a eu comme 40 évolutions sur le grand échiquier de la vie et que la nouvelle configuration est totalement différente de celle alors envisagée....

Et là, je souris, intérieurement, et me félicite de ne pas m'être mise trop tôt à tenter de ficeler les détails de ces deux jours fatidiques.

Et même aujourd'hui, à quelques semaines de l'évènement, je prends mon temps. D'abord, parce que j'aime me rappeler le sens profond de tout ça... C'est vrai, de quoi parle-t-on, à part de deux soirées, où, quoi qu'il arrive, on sera entouré de gens qu'on aime, tous réunis pour partager deux moments au cours desquels on est juste contraints, tradition oblige, de s'offrir des cadeaux ou de se lancer des cotillons, tout ça sur fond de régalage du palais avec les petits plats les plus chics (que, pour le coup, je vais me faire une joie, à partir de maintenant, d'imaginer), en buvant plus que de raison, parce que bon, on n'a pas le choix, c'est la fête! Ensuite, parce que, par expérience, je sais que les meilleures fêtes sont encore les plus spontanées.

Alors, si à l'heure actuelle, vous faites partie de ceux qui se ruent aux toilettes au moment où, à la pause déjeuner, l'une de vos collègues lance la fameuse question fatidique, parce que vous n'avez pas encore choisi votre Réveillon ni ne savez où et quand se passera Noël.... rappelez-vous les vertus du lâcher prise et conjurez le sort : expliquez à toutes les personnes qui vous entourent que vous optez cette année pour le "plan total décontracte" qui se décide à 15 jours (voire moins) des fameux jours. Vous verrez, dans la seconde, tout le monde, ou presque, concèdera qu'il ne sait pas trop, en fait, ce qu'il va faire ou qu'il n'est pas totalement emballé, à vrai dire, par le super-méga-plan dont il parlait, enthousiaste, quelques instants avant!


En parlant de fête, il est temps à présent de poursuivre la présentation des recettes préparées pour l'anniversaire de ma p'tite Caille. Voici aujourd'hui 3 nouvelles recettes, piquées chez Miamourdises pour la fameuse occasion.

La première est constituée par ses blinis de maïs, que j'ai servi non avec la sauce barbecue conseillée, mais recouverts de sa purée d'aubergines aux pommes, et tranche de saumon. Pour sa part, elle avait présenté cette association sur des canapés classiques très très chouettes!

Comme malheureusement, je n'ai pu les photographier une fois montés, je me permets de piquer une des très belles photos de Lauriana (en espérant que cela ne la dérange pas), pour vous montrer à quoi ressemble cette recette détonante et archi originale.

La seconde est constituée par ses boulettes keftas doucement sucrées


Si vous gardez à l'esprit qu'il y avait, à ce même apéro, ses rillettes de canard so chic, vous comprenez que Lauriana était un peu ma muse du jour. Et, vu le succès remporté grâce à ses recettes, un grand merci s'impose... Alors qu'est ce qu'on dit la Turtle? MERCI Lauriana!

En avant, d'abord, pour les plus étonnants, les blinis au maïs, purée d'aubergines acidulée aux pommes et leur pétale de saumon





Ingrédients (pour 10 blinis, mais j'en ai fait une vingtaine de petits)

Pour la pâte à blinis :

  • 3 oignons nouveaux
  • 1/2 cuiller à café de paprika
  • 300g de maïs
  • 80g de farine
  • 1/2 cuiller à soupe de levure
  • 1 oeuf
  • 10cl de lait
  • 1 cuiller à soupe de crème liquide
  • 30g de beurre fondu pour la cuisson
  • 1 pincée de sel

Pour la purée d'aubergines acidulée aux pommes

  • 1 pomme granny-smith
  • 1 aubergine de 400g environ
  • 4 tomates
  • le jus d'un citron
  • 10cl de jus de pomme bio
  • 3 cuillers à soupe d'huile d'olive
  • 1/2 cuiller à café de piment d'Espelette
  • 1 pincée de sel
  • 4 à 6 tranches de saumon fumé

Marche à suivre:

Commencer par préparer la purée d'aubergines acidulée aux pommes

  • Plonger les tomates 2 minutes dans l'eau bouillante, puis les passer sous l'eau fraîche et les peler.
  • Les épépiner et les couper en dés.
  • Peler et couper en petits morceaux la pomme et l'aubergine.
  • Arroser de jus de citron.
  • Faire chauffer l'huile d'olive dans une poêle et y faire sauter les légumes et la pomme.
  • Verser le jus de pomme, ajouter le piment, saler et laisser mijoter jusqu'à ce que les aubergines soient tendres.
  • Si en cours de cuisson, le jus venait à manquer, ajouter du jus de pomme.
  • Mixer finement les légumes cuits, verser dans une jatte et arroser d'huile d'olive.
  • Laisser refroidir.

Préparer la pâte à blinis:

  • dans un saladier, mélanger la farine et la levure, ajouter le sel et creuser un puits au centre.
  • Séparer le blanc du jaune d'oeuf.
  • Faire tiédir le lait dans une casserole.
  • Dans un bol, fouetter le jaune avec le lait tiède et la crème puis incorporer à la farine.
  • Mélanger pour obtenir une pâte lisse.
  • Couvrir d'un linge propre et laisser reposer une heure.
  • Monter le blanc en neige et l'incorporer à la pâte levée.
  • Ajouter la purée de maïs, mélanger.
  • Ajouter les oignons dorés et le maïs en grains.
  • Mélanger.
  • Cuisson des blinis : Verser un peu de beurre dans la poêle chaude, puis une louche de pâte. Retourner les blinis quand le dessus de la pâte est sec. Laisser cuire à nouveau une minute sur l'autre face.
  • Montage: recouvrir les blinis d'une généreuse cuillérée de purée d'aubergine, puis déposer un petit morceau de saumon fumé, servir aussitôt

    A présent, en route pour les boulettes keftas toutes moelleuses, épicées et à peine sucrées



Ingrédients (pour une trentaine de boulettes)

  • 350g de boeuf haché
  • 100g de mie de brioche (ou au pire, du pain de mie, ça marche aussi)
  • 1 oeuf
  • 1 poignée de pignons de pin
  • 1 poignée de raisins blonds
  • 1 cuiller à café de cannelle
  • 1 cuiller à soupe de basilic émincé
  • sel, poivre

Marche à suivre:

  • Faire tremper les raisins dans un bol, la mie de brioche dans un autre bol.
  • Dans un saladier, mélanger le boeuf haché, les raisins et la mie essorés, l'oeuf, les pignons, la cannelle, le basilic, le sel et le poivre. Il est impératif de mélanger intimement avec les doigts.
  • Former des petites boulettes bien denses en les roulant bien dans votre paume.
  • Dans une poêle, faire chauffer un bon fond d'huile.
  • Y déposer les boulettes et mettre à feu moyen.
  • Faire cuire les boulettes de chaque côté en les tournant régulièrement durant environ 4 minutes (tout dépend de la taille de vos boulettes).
  • Egoutter les boulettes sur du papier absorbant.
  • Si vous les servez quelques heures après, les réchauffer rapidement dans une poêle bien chaude

Bilan des courses:

J'avais hâte de tester les blinis et leur purée d'aubergines acidulée aux pommes. D'abord, parce que je suis fan des blinis, que je sers couverts d'une crème de ricotta et de saumon , ou épicés, et cela faisait très longtemps que je voulais les agrémenter de légumes. Ensuite, parce que j'avais été totalement intriguée par l'association entre l'aubergine, les pommes et le saumon présentée par Lauriana.

J'ai trouvé ce mélange tout à fait étonnant. Le caractère acidulé de la purée soulignait à merveille le saumon fumé. La texture de la purée était savoureuse, un peu humide, légère en bouche, car sans matière grasse ou presque. Elle s'associait très bien avec le moelleux du blinis.

En revanche, j'avoue ne pas avoir été emballée par l'ajout du maïs au sein de ces derniers. Peut être était-ce dû au fait que l'aubergine et le saumon l'emportaient en saveur, ou bien parce que je suis fan des blinis classiques, quoi qu'il en soit, je ne referai pas à l'identique cette association.

Je privilégierai une version nature, pour la servir avec la purée d'aubergine et le saumon et tenterai de refaire les blinis au maïs, pour un brunch, par exemple, en les servant tièdes et juste avec une belle noisette de beurre, fondant allégrement....

En ce qui concerne les boulettes keftas, là encore, il s'agissait d'un recette dont je suis tout à fait adepte et que j'ai eu l'occasion de réaliser de nombreuses fois, suivant des recettes fort variées, dont certaines, particulièrement délicieuses. Je dois dire que de tous les plats servis ce soir là, ce sont elles qui ont remporté le maximum de suffrages. C'est simple, à peine sortie de la cuisine et déposée sur la cuisine, l'assiette qui les contenait a fait l'objet d'une razzia. Elles sont d'un moelleux rare, absolument pas sèches, alors même que je les ai servies pour être mangées à l'aide de pics, donc sans sauce. La brioche leur confère en plus un petit goût sucré salé, subtile, mais néanmoins présent et les épices soulignent parfaitement leur rondeur en bouche. De petites bouchées qui plairont aux plus petits comme aux plus grands!

Et au fait... qu'est ce que vous faites pour les vacances?

Conté par Alhya at 11/19/2007 11:38:00 PM | 58 comments Fiche recette

novembre 13, 2007

De l'importance d'ouvrir une porte, à nous les dips, rillettes et crackers!

Une question me taraude, depuis quelques jours... Qu'est-ce qui retient les êtres de se jeter à corps perdu dans une nouvelle expérience?
Est-ce véritablement la peur de ne pas y arriver ou celle suscitée par le fait que, justement, ils ont la frousse de voir s'ouvrir une nouvelle porte, de découvrir qu'un chemin dissimulé pourrait les amener sur de nouvelles terres, pleines d'espoir, loin de celles dont ils connaissent déjà tous les recoins et qu'ils ont envisagé, l'ombre d'un instant, de quitter, parce qu'elles ne leur faisaient plus ressentir ce sursaut d'émotion que procure l'excitation de la découverte?
Pourquoi d'autres, alors qu'ils ont enfin poussé la porte, commencé à franchir son palier, s'empressent de faire marche arrière, et la referment, à l'instant précis où ils aperçoivent un nouvel horizon?
Chemin faisant et la maturité venant (si, si, je vous assure, ça vient, ça vient), j'apprends pour ma part à ne plus me dissimuler derrière mes craintes, je me force à laisser la porte ouverte, quels que soient les doutes qui m'assaillent sur le moment, en espérant qu'ainsi, qui sait, le destin, ou la vie, fera son oeuvre et saura me dire si cette voie mérite d'être parcourue....

Mais voilà, alors même que je m'évertue à rester fidèle à cette petite philosophie du quotidien, que d'aucuns pourraient être tentés de qualifier de courageuse, tout s'acharne depuis peu à me faire hésiter sur le bienfondé d'une vie périlleuse...
ça commence avec cette anecdotique mais néanmoins monumentale chute, récompensant bien mal l'aventurier pas de danse que j'étais alors en train de vaillamment accomplir, et m'ayant laissé depuis près d'un mois une sorte de paralysie du bas du dos donnant à quelques uns des gestes les plus courants des airs... pour le moins particuliers. Vient ensuite le tour de mon fidèle appareil photo, sorte de prolongement naturel de mes yeux de Turtle, qui rend l'âme, ou plutôt le bouton-enchencheur, juste après une petite via ferrata de rien du tout, laissant cette brave bête totalement inutilisable, quelques semaines après que la garantie ait -évidemment- pris fin (état qui risque fort de s'éterniser, suite à la reception du devis de réparation qui m'assome un matin d'un "je vous prends 198,99 euros pour remettre le bouton en place"). Pour finir, certains silences dont, évidemment, je ne comprends pas le pourquoi du comment et que je finis par meubler de réponses, parce que les incertitudes, ça ronge infiniment ...

Confrontée à cette liste de petits désagréments, je prends une bonne inspiration et, fidèle à mon esprit tout à fait cartésien, j'ose écouter la petite voix qui me titille, juste derrière l'oreille, revenant comme une rengaine, serais-je dans une période de poisse? Ou, pire, ne serait-ce pas autant d'avertissements que m'enverrait un être omnipotent, situé je ne sais où dans la stratosphère, afin de me dissuader, à l'avenir, de tenter ma chance sur des chemins escarpés?

Non que je ne sois, au fond de moi, un peu surperstitieuse, ni capable d'envisager l'existence d'un être nageant au milieu des nuages, pourtant, très vite, je rejette ces deux hypothèses. Car, à tout bien y penser, chacun des légers désagréments qui, sur le moment, ont bien failli me freiner, a généré quantité de bons moments. Prenez, au hasard, une de ces soirées merveilleuses passées entre amis qui ont suivi celles où j'ai perdu la moitié de ma souplesse, emplies jusqu'à plus soif de rires, d'échanges, et de ce bien rare qu'est le partage. Prenez encore le travail que mes fesses endolories m'ont poussé à privilégier et qui m'a redonné ce plaisir immense de trouver, de temps à autre, une bonne idée, après des mois de doutes. Et prenez enfin ce ron-ron quotidien qui est revenu : n'est-il pas remplit d'avantages?

Ainsi nous arrivons au stade ultime de cette intense réflexion à laquelle je vous ai convié ce soir à mes côtés, la conclusion. Quoi qu'il arrive, l'important c'est d'ouvrir la porte, quelle que soit la suite du chemin et le nombre de courageux près à vous suivre. Car s'il y a une chose dont je suis sûre, c'est qu'aussi tortueuse soit la route de cette bizarre Turtle, son état d'esprit caracole au sommet de la bonne humeur, depuis qu'elle en a franchi le seuil!

Et pour illustrer en images comme il est bon d'ouvrir les portes de l'inconnu, retour en cuisine! Car s'il y a bien un domaine où, quoi qu'il arrive, je tente l'aventure et ressent l'excitation de la première fois, c'est bien dans ma cuisine. Alors, attention, entendons nous bien. Pour ceux qui, par mégarde, se promèneraient ici sans connaître encore les recoins de ma petite cuisine, je ne suis pas du tout en train d'affirmer que je réalise des choses hors du commun! Je n'aurais certainement pas cette prétention et ceux qui commencent à me connaître seraient tentés immédiatement de penser que mon cerveau ne s'est pas remis de la chute, si j'affirmais pareille énormité! Non, non, rassurez vous.
Mais, voilà, aussi simple que la recette puisse être, et même plus simple est-elle parfois, plus elle me permet une incursion impromptue dans des sphères inconnues, que l'aventure naisse de l'utilisation d'un produit ou d'une technique qui m'intimide (et Dieu sait s'il y en a), ou qu'elle soit liée à la patience ou la concentration qu'elle m'impose. Dans tous les cas, le chemin qui me mène à elle est beau et truffé d'expérience.... Et le plaisir que je ressens à la réaliser n'a alors d'égal que celui que je prends en apercevant la lumière unique que crée la satisfaction dans le regard de celui qui la teste!


Encore l'autre jour, en concoctant les petites recettes de l'apéritif dînatoire, pour l'anniversaire de ma P'tite caille de frère, j'ai respecté cette règle d'or. Mon défi était certes dans le nombre de recettes à réaliser en peu de temps, mais pas uniquement, nous y reviendrons.
Etaient notamment de la fête, une recette piquée chez Miamourdises depuis quelques temps déjà, les rillettes coup de bluff, les crackers vus chez B comme Bon, et aperçus depuis chez bien d'autres, la crème aux cacahouettes de chez Becky et Liz...
En avant!

En raison du décès prématuré -pensez donc, il était dans la fleur de l'âge!- de l'appareil photo sus-évoqué, je vous précise que les photos ne sont pas du tout à la hauteur du sublime rendu de ces recettes. Celui de Pôpa, réquisitionné en toute hâte et bien qu'utile, n'a pas su faire oublier mon cher et tendre que je pleure assidûment depuis, en espérant qu'un miracle opère... merci de faire parvenir vos dons à l'adresse suivante: "Opération Appareil photo proche de la mort, chez la Turtle, Rhône", en vous remerciant.

Commençons par les Rillettes de canard qui réconcilient la Turtle avec le canard et le whisky!



Ingrédients

  • 2 cuisses de canard confit (environ 400g)
  • 2 cuillers à soupe de graisse de canard
  • 100g d'olives noires dénoyautées
  • 50g de cerneaux de noix
  • 1 cuiller à soupe de cognac (replacé par du whisky)
  • 1 cuiller à café de baies roses

Marche à suivre:


  • Dégraisser les cuisses de canard.
  • Garder 2 cuillers à soupe de graisse.
  • Dans le bol du robot, mettre la chair du confit de canard, les olives, les noix, les baies roses et le cognac.
  • Mixer jusqu'à obtention de la texture désirée.
  • Ajouter la graisse de canard, mélanger intimement.
  • Réserver au frais, 24h ou plus


Ensuite, les crackers qui confirment que la Turtle n'avait pas le temps... de faire aussi joli que B comme Bon!


Ingrédients

  • 250 g de farine,
  • 30 g de beurre mou,
  • 1 pincée de sel,
  • 10 cl de lait,
  • 2 ou 3 cuillères de moutarde (en grains c'est bien !)

Marche à suivre:

  • Mélanger tous les ingrédients au robot pour obtenir une pâte homogène.
  • Étaler la pâte assez fine et découpez des ronds, des carrés, des losanges ou bien ce que vous voulez… à l'aide d'une roulette dentelée.
  • Faire cuire au four 5 à 8 mn à 220°, surveiller la cuisson (tout dépend de l'épaisseur de la pâte).


Enfin, le dip de cacahouettes pas du tout siphonné qui rend zinzin!



Ingrédients pour ½ litre

  • 150 g de cacahuètes salées
  • 250 ml lait de coco
  • 100 g de fromage frais type ricotta pour moi
  • Poivre de Cayenne

Marche à suivre:

  • Mixer tous les ingrédients et passer la préparation dans un tamis ou une passoire fine. (pour moi, la recette s'arrête là, mais je mets la suite pour ceux qui auraient un siphon sous la main!)
  • Rincer le siphon à l’eau froide et verser la préparation (elle doit être limite sans petits morceaux de cacahuètes et onctueuse).
  • Visser une cartouche à chantilly (2 cartouches pour 1 Litre) et secouer 3 fois.
  • Laisser le siphon horizontalement au frais au moins 1 heure.
  • Avant de servir secouer un fois siphon, tête en bas pour ramener la préparation vers le bas.

Bilan des courses:

Alors, beaucoup des éléments sont dans mes titres (vous noterez mon application ce soir à être claire et précise!).

Commençons par ces rillettes coup de bluff. J'avoue que le titre avait été pour beaucoup dans mon choix. Allez savoir pourquoi, le canard fait partie des ingrédients qui m'intimident. Bref, là, j'avoue que la simplicité de la recette n'a d'égale que sa perfection. Rien à faire, ou presque! Si, il faut bien sûr avoir deux cuisses de canard confit à portée de main (pour le whisky, je ne pose pas la question, je sais que vous en avez tous une p'tite goutte qui traine dans un fond de bouteille quelque part). Pour ma part, heureusement que je cuisinais chez mes parents qui avaient une boîte de confit de canard. Quoi qu'il en soit, hormis ce léger handicap, rien de plus simple à réaliser, et cette recette se fait en 5 minutes.

Mes convives se sont largement laissés tenter par ces rillettes, charmantes avec leur petit goût alcoolisé qui sublime la saveur du canard et l'alliance des olives et des noix qui rebondit en bouche. Bien qu'un tout petit peu riches pour moi, je n'ai pas pu résister... A l'avenir, je pourrais bien être tentée de faire une version un peu plus légère en n'ajoutant pas la graisse, mais à tester avec, surtout tant que c'est l'hiver! Je les avais donc servies avec les crackers.

Pour ce qui est de ces derniers, je m'attendais à une recette laborieuse, le travail de la pâte, peut l'être, parfois. Et bien laissez moi vous dire que pas du tout! Au contraire, d'une facilité impressionnante, ce qui ne m'a pas empêché, cela dit, de ne pas avoir le temps de me pencher plus de 3 minutes sur la découpe de la pâte, ce qui explique les formes étonnantes. Par ailleurs, j'avais saupoudré certains d'eux de gruyère râpé, ce qui, toutefois, n'ajoutait pas grand chose en termes de saveur. En revanche, la légère saveur moutardée fonctionne à merveille. Ils sont bien craquants, ce qui tombe bien, pour des crackers!

Enfin, le dip aux cacahouettes. Bon alors là, je dois faire un grand mea culpa. En réalité, à moitié réveillée lorsque j'avais noté la recette, je n'avais pas pris le temps de relever la marche à suivre. Une fois arrivée dans ma cuisine, je me suis donc aperçue qu'il fallait un siphon que je n'avais pas.... Qu'à cela ne tienne, j'ai laissé le dip sous forme de dip, point barre. Cependant, je me doute que le siphon doit lui donner une texture que le simple fait de mixer n'a pas suffit à rendre. Mais autant vous dire que je ne regrette absolument pas d'avoir persisté! Mes convives ont été unanimes: une merveille! Ils s'en sont régalés tout au long de la soirée, certains proches de l'overdose, et j'ai promis à tous la recette!

Conté par Alhya at 11/13/2007 11:40:00 PM | 55 comments Fiche recette

novembre 06, 2007

Les liens de la Turtle

Cela faisait une éternité que je me disais régulièrement que ma liste de liens n'était plus à jour... Outre la flemme de m'y mettre et le manque de temps, ce qui m'arrêtait tenait au fait qu'à force d'en ajouter, et bien il devenait impossible de s'y retrouver...

Alors voilà, aux grands maux, les grands remèdes, je me résouds à faire un billet pour lister tous les blogs que je visite régulièrement. Je sais que je me lance dans un exercice périlleux : comment ne pas vexer ceux qui n'y figurent pas, et ne pas non plus me résumer à faire la liste des centaines de blogs déjà référencés sur de multiples blogs, et autres référenceurs? J'ai opté pour ce qui correspond pour moi à l'honnêteté : ne mentionner que les blogs sur lesquels je passe régulièrement. La tâche n'a pas été facile et autant vous dire que ça m'a pris un certain temps, voire un temps certain, d'établir tous les liens, et j'espère ne pas en avoir oublié dans la bataille...

Les plus observateurs remarqueront que je maintiens également une liste, moins longue, sur le côté gauche de mon blog (alors avant de penser que je vous ai squizzé, jetez y un oeil!!). N'y sont que les blogs qui sont pour moi tout à fait incontournables, pour tout un tas de raisons. Mais ne vous y trompez pas, cela ne signife en aucun cas que ceux qui suivent ne me sont pas indispensables, bien au contraire!

Voici donc les blogs qui me parlent, m'inspirent, me plaisent. Je ne peux que vous recommander de vous perdre régulièrement dans chacun d'eux. Vous y trouverez autant de visions de la cuisine, d'inspiration, de tous lieux, toutes cultures, aussi variés que l'est la cuisine. Alors, bon voyage!

Je précise à toutes fins utiles :)) que je n'ai pas remis dans cette liste les blogs que j'ai maintenu sur le côté gauche de mon blog, histoire de ne pas faire doublon! Alors avant de penser que je vous ai lamentablement oublié, vérifiez si vous n'êtes pas à gauche (hein, Audinette, Lili et Clairechen :))!!)



  • 100 g de sucre
  • Absolutely Delicious, by Soulafa
  • Adélices
  • A doux Délices, Béré
  • A la table de L.
  • Alice au pays des saveurs
  • A mes Heures
  • Au beurre Fondu, Shinobi

  • A foodie Froggy
  • Aux Mille et un délices, chez Florianna
  • Au jardin des délices
  • Auré Cuisine
  • A vos fourchettes, Marie Thé




  • Bliss in The Kitchen, chez Flo
  • Blog du Miam Miam, NaNa
  • Bloggy Boulga
  • Bretzel et Café crème



  • Calme Et Cacao, chez Daniela
  • Calou
  • Ces petits moments, chez Marielle
  • Chez Omelette
  • Cindy's Kitchen
  • Cuisine et Couleurs, Irisa
  • Cuisinez Vie, Chez Débo
  • Cuisine Guylaine
  • Cuisinez en WG
  • Clea cuisine
  • Cocopassions
  • Colbro, Chez Colette
  • Cookbook addict, chez Julie
  • Couleur Kemia
  • Côté Cour, Vanille et 7ème art
  • Cumin et Cannelle, Madjy
  • Croc en Bouche, chez Béa



  • Deborahmia
  • Delimoon, Véro
  • Des goûts et des couleurs, chez Tiny
  • Di tutto di piu
  • Du chant plein les casseroles



  • Entre Rire et Cuisine, Christel
  • Eryn en Folie
  • Ester Kitchen

  • Franco-Pinay Food Adventure, chez Relly
  • Frais, la fraich'attitude!
  • Foodbeam, Chez Fanny


  • Gato Azul
  • Gloubiblog
  • Gourmande je le suis!
  • Gourmandises d'une lyonnaise
  • Grain de Sel
  • Grigno'thé


  • Home Made With Love, Celilune


  • Ici et D'ailleurs, Hafi


  • Je cuisine, tu blogues



  • Kitchenette
  • L'assiette de Mimosa
  • La Belle au Blé Dormant
  • La Cuisine d'Anna
  • La cuisine d'Elles, Annie
  • La Cuisine de Loupiti
  • La Cuisine de Fabien
  • La cuisine des Frangines
  • La Fée Maison
  • La maisonnette de Barbichounette
  • La popotte de Manue
  • La table du monde
  • La Vie au jour le jour avec deux filles, chez Texmex
  • La vie des Pignous, chez Tavytal
  • Le blog de Lacath
  • Le blog des Gourmands, Chez Audrey

  • Le blog de Lolotte
  • Le blog sur le plat, chez Clem
  • Le coin repas
  • Le Gone
  • Le Hamburger et le Croissant
  • Le palais de Lunye
  • Les Agapes, chez Débo
  • Les Bonheurs de Prawn
  • Les carnets de Sbmarie, par Marie de Paris
  • Les Bonheurs de Senga, Agnès
  • Les Bonheurs de Sophie
  • Les Bons p'tits Plats, Chris
  • Les carnets de Miss Diane
  • Les copains du Kibou
  • Les délices de Reinefeuille
  • Les envies d'Emilie
  • Les épices au pif
  • Les gourmandises d'Isa, un voyage au Canada!
  • Les gourmandises des petites Blogueuses, Chez Virginie
  • Les gourmandises de Sylvie
  • Les nectars de Maya
  • Les passions de Phanie
  • Les petits plats de Manuela
  • Les Petits Plats de Trinidad
  • Les sucreries de Bulle
  • Ligne et Papilles

  • Macha Malo
  • Ma p'tite Cuisine, chez Audrey
  • Menus Propos
  • Mes essais dans la cuisine, Soizic
  • Mes petites recettes d'ici et d'ailleurs
  • Mes petits carnets, chez Stephanyy
  • Mes tables de fêtes
  • Mercredi Rose, Nat
  • MieChambo Cuisine
  • Milie Aux Fourneaux
  • My Kitchen Corner,Laulau
  • Mirliton
  • Mon Magimix et Moi

  • Nuage de Lait


  • Omo Chakir
  • Petite Recette entre Amis
  • Pistache et Clafoutis, Poumette
  • P'tit coin de cuisine, Chez Karine
  • P'tit miam tout en couleurs, Sha
  • P'tits gourmands, chez Laudy
  • Plus au sud, Chez Michèle
  • Pom Pom Pidou, Mystery Rose
  • Popotte Mania, chez Cocotte en chocolat




  • Quand nad cuisine
  • Quenelle, cannelle et caramel, chez Estelle
  • Quoique!




  • Sans Beurre et sans reproches
  • Sucré Salé
  • Sens du Goût, la création
  • Sans sens dessus dessous
  • Se nourrir de la tête aux pieds
  • Station Gourmande
  • Sonia M la Cuisine
  • Sophie's kitchen
  • Soupe aux schtroumpfs, Chez Alicia
  • Sous la Hotte de Bergamote



  • Tartelette (en)
  • The Froggies Kitchen, chez Mily
  • Toque Toques, chez Cécile
  • Torchons et serviettes, cess
  • Tuyau de Poele


  • Un an pour faire son cooking out
  • Une pincée de..., chez Astrid
  • Une Fille En Chocolat
  • Un flo de bonnes choses
  • Un p'tit Caillou
  • Une puce dans la grosse pomme
  • Un si joli quotidien, Chez Manouche
  • Unspeculoos, chez Audrey



  • Conté par Alhya at 11/06/2007 11:39:00 PM | 58 comments Fiche recette