A Turtle in a Kitchen

a déménagé

http://www.aturtleinakitchen.fr

Désolée pour le dérangement...

A Turtle in a Kitchen: De l'importance d'ouvrir une porte, à nous les dips, rillettes et crackers!

novembre 13, 2007

De l'importance d'ouvrir une porte, à nous les dips, rillettes et crackers!

Une question me taraude, depuis quelques jours... Qu'est-ce qui retient les êtres de se jeter à corps perdu dans une nouvelle expérience?
Est-ce véritablement la peur de ne pas y arriver ou celle suscitée par le fait que, justement, ils ont la frousse de voir s'ouvrir une nouvelle porte, de découvrir qu'un chemin dissimulé pourrait les amener sur de nouvelles terres, pleines d'espoir, loin de celles dont ils connaissent déjà tous les recoins et qu'ils ont envisagé, l'ombre d'un instant, de quitter, parce qu'elles ne leur faisaient plus ressentir ce sursaut d'émotion que procure l'excitation de la découverte?
Pourquoi d'autres, alors qu'ils ont enfin poussé la porte, commencé à franchir son palier, s'empressent de faire marche arrière, et la referment, à l'instant précis où ils aperçoivent un nouvel horizon?
Chemin faisant et la maturité venant (si, si, je vous assure, ça vient, ça vient), j'apprends pour ma part à ne plus me dissimuler derrière mes craintes, je me force à laisser la porte ouverte, quels que soient les doutes qui m'assaillent sur le moment, en espérant qu'ainsi, qui sait, le destin, ou la vie, fera son oeuvre et saura me dire si cette voie mérite d'être parcourue....

Mais voilà, alors même que je m'évertue à rester fidèle à cette petite philosophie du quotidien, que d'aucuns pourraient être tentés de qualifier de courageuse, tout s'acharne depuis peu à me faire hésiter sur le bienfondé d'une vie périlleuse...
ça commence avec cette anecdotique mais néanmoins monumentale chute, récompensant bien mal l'aventurier pas de danse que j'étais alors en train de vaillamment accomplir, et m'ayant laissé depuis près d'un mois une sorte de paralysie du bas du dos donnant à quelques uns des gestes les plus courants des airs... pour le moins particuliers. Vient ensuite le tour de mon fidèle appareil photo, sorte de prolongement naturel de mes yeux de Turtle, qui rend l'âme, ou plutôt le bouton-enchencheur, juste après une petite via ferrata de rien du tout, laissant cette brave bête totalement inutilisable, quelques semaines après que la garantie ait -évidemment- pris fin (état qui risque fort de s'éterniser, suite à la reception du devis de réparation qui m'assome un matin d'un "je vous prends 198,99 euros pour remettre le bouton en place"). Pour finir, certains silences dont, évidemment, je ne comprends pas le pourquoi du comment et que je finis par meubler de réponses, parce que les incertitudes, ça ronge infiniment ...

Confrontée à cette liste de petits désagréments, je prends une bonne inspiration et, fidèle à mon esprit tout à fait cartésien, j'ose écouter la petite voix qui me titille, juste derrière l'oreille, revenant comme une rengaine, serais-je dans une période de poisse? Ou, pire, ne serait-ce pas autant d'avertissements que m'enverrait un être omnipotent, situé je ne sais où dans la stratosphère, afin de me dissuader, à l'avenir, de tenter ma chance sur des chemins escarpés?

Non que je ne sois, au fond de moi, un peu surperstitieuse, ni capable d'envisager l'existence d'un être nageant au milieu des nuages, pourtant, très vite, je rejette ces deux hypothèses. Car, à tout bien y penser, chacun des légers désagréments qui, sur le moment, ont bien failli me freiner, a généré quantité de bons moments. Prenez, au hasard, une de ces soirées merveilleuses passées entre amis qui ont suivi celles où j'ai perdu la moitié de ma souplesse, emplies jusqu'à plus soif de rires, d'échanges, et de ce bien rare qu'est le partage. Prenez encore le travail que mes fesses endolories m'ont poussé à privilégier et qui m'a redonné ce plaisir immense de trouver, de temps à autre, une bonne idée, après des mois de doutes. Et prenez enfin ce ron-ron quotidien qui est revenu : n'est-il pas remplit d'avantages?

Ainsi nous arrivons au stade ultime de cette intense réflexion à laquelle je vous ai convié ce soir à mes côtés, la conclusion. Quoi qu'il arrive, l'important c'est d'ouvrir la porte, quelle que soit la suite du chemin et le nombre de courageux près à vous suivre. Car s'il y a une chose dont je suis sûre, c'est qu'aussi tortueuse soit la route de cette bizarre Turtle, son état d'esprit caracole au sommet de la bonne humeur, depuis qu'elle en a franchi le seuil!

Et pour illustrer en images comme il est bon d'ouvrir les portes de l'inconnu, retour en cuisine! Car s'il y a bien un domaine où, quoi qu'il arrive, je tente l'aventure et ressent l'excitation de la première fois, c'est bien dans ma cuisine. Alors, attention, entendons nous bien. Pour ceux qui, par mégarde, se promèneraient ici sans connaître encore les recoins de ma petite cuisine, je ne suis pas du tout en train d'affirmer que je réalise des choses hors du commun! Je n'aurais certainement pas cette prétention et ceux qui commencent à me connaître seraient tentés immédiatement de penser que mon cerveau ne s'est pas remis de la chute, si j'affirmais pareille énormité! Non, non, rassurez vous.
Mais, voilà, aussi simple que la recette puisse être, et même plus simple est-elle parfois, plus elle me permet une incursion impromptue dans des sphères inconnues, que l'aventure naisse de l'utilisation d'un produit ou d'une technique qui m'intimide (et Dieu sait s'il y en a), ou qu'elle soit liée à la patience ou la concentration qu'elle m'impose. Dans tous les cas, le chemin qui me mène à elle est beau et truffé d'expérience.... Et le plaisir que je ressens à la réaliser n'a alors d'égal que celui que je prends en apercevant la lumière unique que crée la satisfaction dans le regard de celui qui la teste!


Encore l'autre jour, en concoctant les petites recettes de l'apéritif dînatoire, pour l'anniversaire de ma P'tite caille de frère, j'ai respecté cette règle d'or. Mon défi était certes dans le nombre de recettes à réaliser en peu de temps, mais pas uniquement, nous y reviendrons.
Etaient notamment de la fête, une recette piquée chez Miamourdises depuis quelques temps déjà, les rillettes coup de bluff, les crackers vus chez B comme Bon, et aperçus depuis chez bien d'autres, la crème aux cacahouettes de chez Becky et Liz...
En avant!

En raison du décès prématuré -pensez donc, il était dans la fleur de l'âge!- de l'appareil photo sus-évoqué, je vous précise que les photos ne sont pas du tout à la hauteur du sublime rendu de ces recettes. Celui de Pôpa, réquisitionné en toute hâte et bien qu'utile, n'a pas su faire oublier mon cher et tendre que je pleure assidûment depuis, en espérant qu'un miracle opère... merci de faire parvenir vos dons à l'adresse suivante: "Opération Appareil photo proche de la mort, chez la Turtle, Rhône", en vous remerciant.

Commençons par les Rillettes de canard qui réconcilient la Turtle avec le canard et le whisky!



Ingrédients

  • 2 cuisses de canard confit (environ 400g)
  • 2 cuillers à soupe de graisse de canard
  • 100g d'olives noires dénoyautées
  • 50g de cerneaux de noix
  • 1 cuiller à soupe de cognac (replacé par du whisky)
  • 1 cuiller à café de baies roses

Marche à suivre:


  • Dégraisser les cuisses de canard.
  • Garder 2 cuillers à soupe de graisse.
  • Dans le bol du robot, mettre la chair du confit de canard, les olives, les noix, les baies roses et le cognac.
  • Mixer jusqu'à obtention de la texture désirée.
  • Ajouter la graisse de canard, mélanger intimement.
  • Réserver au frais, 24h ou plus


Ensuite, les crackers qui confirment que la Turtle n'avait pas le temps... de faire aussi joli que B comme Bon!


Ingrédients

  • 250 g de farine,
  • 30 g de beurre mou,
  • 1 pincée de sel,
  • 10 cl de lait,
  • 2 ou 3 cuillères de moutarde (en grains c'est bien !)

Marche à suivre:

  • Mélanger tous les ingrédients au robot pour obtenir une pâte homogène.
  • Étaler la pâte assez fine et découpez des ronds, des carrés, des losanges ou bien ce que vous voulez… à l'aide d'une roulette dentelée.
  • Faire cuire au four 5 à 8 mn à 220°, surveiller la cuisson (tout dépend de l'épaisseur de la pâte).


Enfin, le dip de cacahouettes pas du tout siphonné qui rend zinzin!



Ingrédients pour ½ litre

  • 150 g de cacahuètes salées
  • 250 ml lait de coco
  • 100 g de fromage frais type ricotta pour moi
  • Poivre de Cayenne

Marche à suivre:

  • Mixer tous les ingrédients et passer la préparation dans un tamis ou une passoire fine. (pour moi, la recette s'arrête là, mais je mets la suite pour ceux qui auraient un siphon sous la main!)
  • Rincer le siphon à l’eau froide et verser la préparation (elle doit être limite sans petits morceaux de cacahuètes et onctueuse).
  • Visser une cartouche à chantilly (2 cartouches pour 1 Litre) et secouer 3 fois.
  • Laisser le siphon horizontalement au frais au moins 1 heure.
  • Avant de servir secouer un fois siphon, tête en bas pour ramener la préparation vers le bas.

Bilan des courses:

Alors, beaucoup des éléments sont dans mes titres (vous noterez mon application ce soir à être claire et précise!).

Commençons par ces rillettes coup de bluff. J'avoue que le titre avait été pour beaucoup dans mon choix. Allez savoir pourquoi, le canard fait partie des ingrédients qui m'intimident. Bref, là, j'avoue que la simplicité de la recette n'a d'égale que sa perfection. Rien à faire, ou presque! Si, il faut bien sûr avoir deux cuisses de canard confit à portée de main (pour le whisky, je ne pose pas la question, je sais que vous en avez tous une p'tite goutte qui traine dans un fond de bouteille quelque part). Pour ma part, heureusement que je cuisinais chez mes parents qui avaient une boîte de confit de canard. Quoi qu'il en soit, hormis ce léger handicap, rien de plus simple à réaliser, et cette recette se fait en 5 minutes.

Mes convives se sont largement laissés tenter par ces rillettes, charmantes avec leur petit goût alcoolisé qui sublime la saveur du canard et l'alliance des olives et des noix qui rebondit en bouche. Bien qu'un tout petit peu riches pour moi, je n'ai pas pu résister... A l'avenir, je pourrais bien être tentée de faire une version un peu plus légère en n'ajoutant pas la graisse, mais à tester avec, surtout tant que c'est l'hiver! Je les avais donc servies avec les crackers.

Pour ce qui est de ces derniers, je m'attendais à une recette laborieuse, le travail de la pâte, peut l'être, parfois. Et bien laissez moi vous dire que pas du tout! Au contraire, d'une facilité impressionnante, ce qui ne m'a pas empêché, cela dit, de ne pas avoir le temps de me pencher plus de 3 minutes sur la découpe de la pâte, ce qui explique les formes étonnantes. Par ailleurs, j'avais saupoudré certains d'eux de gruyère râpé, ce qui, toutefois, n'ajoutait pas grand chose en termes de saveur. En revanche, la légère saveur moutardée fonctionne à merveille. Ils sont bien craquants, ce qui tombe bien, pour des crackers!

Enfin, le dip aux cacahouettes. Bon alors là, je dois faire un grand mea culpa. En réalité, à moitié réveillée lorsque j'avais noté la recette, je n'avais pas pris le temps de relever la marche à suivre. Une fois arrivée dans ma cuisine, je me suis donc aperçue qu'il fallait un siphon que je n'avais pas.... Qu'à cela ne tienne, j'ai laissé le dip sous forme de dip, point barre. Cependant, je me doute que le siphon doit lui donner une texture que le simple fait de mixer n'a pas suffit à rendre. Mais autant vous dire que je ne regrette absolument pas d'avoir persisté! Mes convives ont été unanimes: une merveille! Ils s'en sont régalés tout au long de la soirée, certains proches de l'overdose, et j'ai promis à tous la recette!

Conté par Alhya at 11/13/2007 11:40:00 PM

55 Comments:

Anonymous awoz a dit...

Le dip aux araches tombe dans mes goûts et la rillette au canard aussi.

2:48 AM  
Anonymous émilie a dit...

Il y a ceux qui croient qu'une porte ouverte laisse entrer les voleurs... et ceux qui savent qu'elle permet au bonheur de pointer le bout de son nez ;o)

Moi je la laisse entrouverte, une fois que je suis rentrée. Comme ça, pas trop de mauvaises surprises et au pire, toujours la possibilité d'en sortir !

Quant au reste, je dois dire qu'il y a quelques années de ça j'aurais sursauté en lisant que tu soupçonnais chacun de tes lecteurs d'avoir forcément une goutte de whisky chez lui. "M'accuser moi d'une telle chose ???" Sauf que depuis, l'eau a coulé sous les ponts. Et je suis bien obligée d'admettre que j'ai bien quelques gouttes de ce liquide étrange chez moi !!!! Lol !!!

7:07 AM  
Blogger Mamina a dit...

Emilie a raison, les portes entrouvertes sont l'occasion de voir le bonheur venir. les voleurs ne sont heureusement pas les plus nombreux.
ceci dit, je vois que mêmesans TON appareil photo et en n'ayant que peu de temps, tu as gâté ta petite caille et nous aussi par la même occasion.

7:56 AM  
Blogger Tifenn a dit...

Toi, je ne te laisserai jamais à la porte c'est sûr, avec ou sans siphon...le bonheur des uns (les rillettes, fera aussi le bonheur des autres (au whisky)...qui t'as permis de fouiller dans nos placards? ah, oui, c'est vrai, la porte!

8:03 AM  
Blogger Tifenn a dit...

OUPS, la faute!qui t'a!

8:03 AM  
Blogger lili63 a dit...

Comme pour ton commentaire sur mon billet sur la rencontre , je suis d'accord avec toi , il faut savoir oser changer, prendre des risques , ou enfin se réaliser ou simplemnt rester "open" ...
J'ai remarqué que ce genre de période est souvent précedée d'une période de poisse !
Comme si le ronronnement de la vie facile n'aidait pas à bousculer les choses !

8:10 AM  
Anonymous Eryn a dit...

Ouvrir les portes ... Quel courage cela demande parfois n'est ce pas ?

Je suis bien d'accord, il faut les ouvrir, je dirais même qu'il en va de notre vie. Ne pas les ouvrir, c'est sous-vivre ...

Pour ces dips, je suis très tentée par la cacahuète que je n'ai absolument pas testée et qui me donne foule d'idées !

En espérant que ton appareil revienne vite à la vie :)

Bonne journée,

8:34 AM  
Blogger Flo a dit...

Toutes mes condoléances pour ton cher ami "preneur de photos", j'espère qu'il se retrouvera vite entre tes mains et que nous pourrons applaudir vos prochaines productions !

Quant à ce menu : je dis oui à tout !!!

9:24 AM  
Anonymous Lily a dit...

c'est superbe, moi, j'adore ! Belle journée ! Bibiz
Lily

9:56 AM  
Anonymous eva a dit...

Cela donne envie de s'installer dans le canapé et de boire un verre et grignoter en bonne compagnie ...

10:24 AM  
Anonymous bergeou a dit...

Je suis en plein dans la phase, j'ouvre des portes et j'en ferme d'autres...tes recettes me ravissent comme d'habitude.

11:05 AM  
Anonymous Choupette a dit...

j'étais depuis plusieurs mois dans une période portes fermées mais les choses changent en ce moment et je les ouvre, on verra bien ce que l'avenir réserve. ;-) Je vois que c'est toujours aussi bon dans ta cuisine !

11:50 AM  
Anonymous Liliy a dit...

Me voilà bien alléchée par toutes tes merveilles! Les cloches sonnent justement midi, mais mon pique-nique va me sembler bien pâle après cette mise en bouche virtuelle...! :)
Dis, tu n'es toujours pas remise de ta chute? Tu t'es fait quelque chose de grave? Ca dure vraiment longtemps... Tu vas voir un ostéopathe? ou un fasciathérapeute? Ca aide...
Prends soin de toi! :)

12:07 PM  
Anonymous Guillemette a dit...

ahem euh comment dire... je te suis a 100%, ca t'etonne hein ;o)
quant au dip de cacahuetes, il figurera au menu de ma prochaine soiree, ainsi que tes fameuses terrines aux carottes noisettes !
bises !

7:15 PM  
Anonymous Marielle a dit...

il faut, non seulement ouvrir de nouvelles portes mais surtout laisser ouverts son coeur et son esprit.
tes recettes sont très très très très sympas.
je descents à Lyon le samedi 8 décembre, mais tu dois déjà le savoir, j'espère te voir ;o))

8:00 PM  
Anonymous patoo a dit...

je comprends bien que tes convives se sont régalés ! quel festin ! et tu sais, je trouve tes photos très réussies ! merci petit "pôpa"...
bonne soirée, patoo

9:55 PM  
Blogger Suiksuik a dit...

laisser sa porte ouverte ! quelle idée ! tout le monde va se précipiter pour dévorer tes crackers et tes dips ! en attendant je te pique tes recettes :-) et je profite de la musique (j'adore tes choix :-)

10:25 PM  
Blogger agnes a dit...

Comme mon appareil qui a terminé ses jours dans la vase bretonne ! devis impossible et achat du même sur Price minister, d'occasion beaucoup moins cher que le devis !! Que c'est bon ces petites choses au coin du feu en novembre pour un apéro dînatoire... Laisse moi rêver un peu !

10:30 PM  
Anonymous Chris a dit...

Tu as raison d'ouvrir les portes : toutes ces petites choses sont si alléchantes! (tes photos sont tout de même très bien...)... Je n'ai pas de syphon et ce dip de cacahuète pas syphonné me convient tout à fait!

9:37 AM  
Anonymous hélène a dit...

Je lisais ton post hier matin et d'un coup, plus de ligne internet. Je suis donc chez ma voisine.
Ta rillette, je la veux. Quant au dip de cacahuètes, le siphon n'est pas obligatoire. J'aime bien l'idée du lait de coco à la place du bouillon de viande. Tu es bien courageuse de tester mes plats étranges...
Bises

10:13 AM  
Anonymous Ana a dit...

Prendre des risques n'est jamais de tout repos. Ce qui nous empêche d'en prendre ? le manque de confiance en soi, le poids du regard des autres, la peur de râter... Trop de peur...

Effectivement, je suis d'accord avec toi, en prenant de l'expérience ;-))) on arrive mieux à surmonter tout çà, mais des fois il suffit juste d'une petite pointe d'encouragement pour arriver à se lancer et à ne pas garder les portes closes.

Rassures-toi, avec ou sans photos, ceux qui ont l'habitude de te lire, te font confiance les yeux fermés...

Je garde tout çà précieusement pour mon prochain apéro !

Bizzzzzzzzzzzzz

10:34 AM  
Anonymous Ana a dit...

oups... j'ai été trop vite ;-)))

10:35 AM  
Anonymous Ana a dit...

Encore moi :-))) juste merci pour ton gentil message et tes encouragements.

11:43 AM  
Anonymous belleble a dit...

Ouvrir une porte, c'est faire un deuil. Moi, je crois que j'ai du mal à le faire, ce deuil. C'est pour cela que les portes me semblent si lourdes à pousser... Et pourtant, je sais trop bien comme franchir une nouvelle porte pourrait m'ouvrir de nouveaux horizons.
Cela faisait longtemps que je n'avais pas poussé la porte de ton petit chez toi... Les hauts-parleurs de mon ordi étaient allumés, j'ai entendu de la musique, je suis entrée.
Prends soin de toi, et de ton dos (ton ostéopathe de frère n'a-t-il rien pu faire pour te soulager ?!?).
Bises

3:11 PM  
Blogger Claude-Olivier a dit...

Dégraisser les cuisses du canard...et moi qui viens de commencer la saison 5 de nip/tuck...mort de rire, je te vois bien en blouse chirurgicale, l'aspirateur à la main en train de traiter ce pauvre canard! Qui a dit qu'une thèse rendait plus intelligent ?!? Ah oui personne, c'est bien ce qu'il me semblait! Sinon que dire de toutes ces recettes à part que tu me bluffes à chaque fois. Pas une, ni deux mais trois, toutes plus tentantes les unes que les autres...j'aurais du prendre pension chez toi, voila ;-) Je te laisse pour m'occuper de mes vers, chacun sa thèse ;-) Courage ma chère et à très vite. Plein de biz!

4:15 PM  
Anonymous domie a dit...

Pas toujours facile d'ouvrir de nouvelles portes. Qui sait ce qui ce cache derrière ! Ouvrons aussi nos yeux et surtout nos coeurs (là, il y a du taf !)
Tu nous gâtes drôlement avec toutes ces bonnes petites choses qui inévitablement me font plonger dans une folle extase

5:09 PM  
Anonymous Marie-Thé a dit...

Bonne humeur, ouvrir la porte, rires, partages de nouvelles idées, des nouvelles recettes, une réflexion ton billet qui est si bien écrit ! pour les rillettes je t'en pique je n'ai pas fini mon pain ! bonne soirée

10:11 PM  
Anonymous Claire a dit...

Etant donné que je suis de ceux qui oubliernt systématiquement de verrouiller les portes, je veux croire qu'il y a de l'espoir! Je te remercie de m'aider à faire passer ma distraction pour de la philosophie optimiste ;-) Et puis, ce n'est déjà pas mon silence qui te fera douter, car comment rester muet? Le dip aux arachides me fait particulièrement de l'oeil, moi qui dois préparer un apéritif pour ce samedi... Alors merci, comme toujours, pour les réflexions et les recettes. Jamais déçue :-)

11:21 PM  
Blogger Annell�nor a dit...

Ta recette m'allèche mais si j'avais pu penser un jour que je risquais de martiriser ces pauvres cuisses de canard en les mixant... Mais bon ! Si bien accompagnées, je vais y repenser !
Et puis, ce dip au lait de coco et ricotta, tu sais me prendre par les sentiments !!!

11:48 PM  
Anonymous Soho (Chocoholic) a dit...

Pfffffffffffff

Commme j'ai envie....
Comme j'ai hate d'avoir plus de temps...

Comme... comme j'aimerais passer ici plus souvent et craquer pour tes dips craquants :)))

3:01 AM  
Anonymous mickymath a dit...

il va falloir que je fasse un jour comme tout le monde!! faire ces rillettes!! biiiiises micky

9:41 AM  
Blogger dumè a dit...

mmmmmhhhhhhh !
que dire d'autre ?
pas de confit ici, mais pour le sûr j'adopte le dip d'arachide ;
merci pour cette jolie analyse ;

1:53 PM  
Blogger Gracianne a dit...

Ouvrir les portes c'est sur, et puis ouvrir une bouteille, mettre les verres sur la tables et le dip de cacahouettes et les crakers au milieu. c'est ca le secret.

2:11 PM  
Anonymous ninisharp a dit...

Miam tout ces dips ...celui a la cahuete va atterrir sur le buffet de samedi . Et n'hesite pas a ouvrir des centaines de portes ...que de surprises agreables sont tapies derrieres !

2:42 PM  
Anonymous Tara a dit...

Ouvrir les portes, c'est comme saliver sur tes écrits et suivre tes (més)aventures : un vrai régal du coeur et de l'esprit

3:25 PM  
Anonymous $ha a dit...

Tout à fait consciente que tu as raison, mais c'est pas pour ça que je donne une impression que mes portes sont ouvertes. Pourtant l'intention y est, et pas qu'un peu!
En cuisine, ça le fait, tout est permis! Et tu as choisis des recettes que je ferais bien à mon tour...! En particulier le dip que j'avais laissé m'échapper!

6:22 PM  
Blogger loulou a dit...

la" rota fortunae" tout est là ma cher turtle......mais en général elle finit par tourner dans l'bon sens........

7:25 PM  
Anonymous Babali a dit...

Pas de soucis, mes portes seront toujours ouvertes pour t'accueillir. Et comme on dit chez moi, pas la peine de pousser la porte avec les pieds on trouvera toujours quelque chose dans la cuisine à accommoder, même si je me laisserais bien tenter par les rillettes de canard. Oh zut, j'ai bien un siphon mais pas un appareil de liposuccion. On peut toujours demander à claude ;-)

10:06 PM  
Anonymous Eleonora a dit...

Il faudra que je relise plus à fond ton article que j'aime beaucoup. C'est vrai qu'une porte close est horrible et une personne qui s'enferme tout le temps derrière à un sérieux problème. Pour moi, il ne s'ouvre pas aux autres....En attendant j'aime venir et merci de ta porte ouverte. C'est aussi cela .Passe un bon week-end

10:23 PM  
Anonymous Eleonora a dit...

En revoyant ton prénom, je viens d'avoir une collègue sur Toulouse qui porte le même. Je le trouve très joli...

11:31 PM  
Blogger Mingoumango (La Mangue) a dit...

Ah, je crois que dans notre situation, ouvrir les portes qui se présentent à nous, c'est ce qui nous aide vraiment à tenir, non ? (je ne sais pas si c'est compréhensible, mais je laisse mon commentaire quand même)

12:15 AM  
Anonymous eglantine a dit...

198 €, à quelques euros prêts, c'est pratiquement le prix du mien neuf... y'a vraiment de l'abus de la part des réparateurs.... bientôt ce sera plus rentable de réparer sa voiture que son appareil photo....

Vive l'écologie nous chante t'on, mais seulement quand ça arrange le business !!!!!!!

Je vois que tu prépares allègrement les fêtes avec une recette pareille, de quoi te remonter le moral !

3:33 PM  
Blogger nuage de lait a dit...

Tes photos sont terribles!!!ces rillettes doivent être excellentes, faut absoluement que je les prépare

10:17 AM  
Anonymous astridcmoi a dit...

la musique avec ton texte c'est sublime, comme toi avec l'"âge" j'apprends à laisser les portes ouvertes, ne plus tout controler...

3:57 PM  
Blogger patoumi a dit...

Coucou Alhya!
Sache juste qu'il est bien agréable de te lire le dimanche soir quand le ciel rosit.
(et même que j'ai très envie de rillettes de canard mais pas de confit en vue dans les placards bouh)

5:23 PM  
Blogger Sophie a dit...

C'est drôle, je viens de poster un billet sur une recette que mon père faisait la porte fermée. Cultiver le mystère ou bien ouvrir bien grand les battants, il y a tant de choses qui valent le coup de passer une tête...

8:50 PM  
Anonymous salwa a dit...

je pense aussi pouvoir me reconcilier avec le canard grace à ta rillette !

7:12 AM  
Anonymous fabienne a dit...

le principe même de la porte étant de pouvoir être ouverte ou fermée, certaines automatiques, d'autres tournant sur leurs gons crissants, d'autre encore, laissant paraître un rai de soleil en dessous d'elles, je me dit que plus je pourrais rencontrer de portes plus je pourrais vivre!
Et je crois bien qu'avec tes rillettes tu viens d'ouvrir LA porte de la gourmandise... Bises

10:55 AM  
Anonymous pom d'api a dit...

Que de merveilles!!!

10:58 AM  
Blogger stef a dit...

moi ma porte est toujours ouverte.... ......
surtout pour de nouvelles aventures autour d'un apéritif réussi!!

5:10 PM  
Blogger confituremaison a dit...

Si tu n'avais pas ouvert la porte et franchi le seuil, je t'en aurais voulu a mort! Mon appareil est decede ( je n'ai pas trouve d'autres termes;-) ), le soir de Noel l'an passe... la sangle s'est coincee dans un paquet et ca l'a arrache a ma main quand je me suis relevee... Depuis tout ce temps, j'en squatte un qui n'est pas a moi. Mais c'est re-Noel bientot :))).
J'oublie le canard, snif mais ce n'est pas le pays du canard par ici, en revanche la cahuete sera goutee.

11:11 PM  
Anonymous Sandra a dit...

Je note, je note et reviendrai piocher toutes ces supers recettes qui me tentent beaucoup.

4:05 PM  
Anonymous Patrick CdM a dit...

J'ai lu deux ou trois fois ce billet avant d'y ajouter mes petits cailloux, entre les serruriers et ceux qui passent comme çà à travers les commentaires, tu me connais, je serais bien capable d'être ironique, pas mon genre... (En plus je constate que j'ai un billet de retard, tu bosses trop!)

Alors juste deux choses, la première, tu me feras ces rillettes un de ces jours, la seconde, ferme la porte et mets un verrou, les vrais, les motivés, ils entrent par la fenêtre. Au fait, tu habites à quel étage?

9:01 PM  
Anonymous anne h a dit...

je craque pour les rillettes de canard !
anne

8:41 PM  
Blogger lydian a dit...

J'ai hâte d'être à l'heure de l'apero (je viens juste de finir de manger quand même!), j'ai envie de tout goûter!
Bises

8:53 PM  

Enregistrer un commentaire

Fiche recette

Créer un lien

<< Home