A Turtle in a Kitchen

a déménagé

http://www.aturtleinakitchen.fr

Désolée pour le dérangement...

A Turtle in a Kitchen: Tarte double citron meringuée et Fraisier de la mort, 29 ans, ça se fête

juillet 07, 2008

Tarte double citron meringuée et Fraisier de la mort, 29 ans, ça se fête

La crème solaire qui colle le sable sur les mollets. L'odeur enivrante de la chaleur quand je traverse l'immense plage de sable fin qui m'éloigne de la mer, suivant difficilement de mes petites jambes le pas de l'adulte auquel s'accroche ma main, pendant que l'autre traîne le seau, la pêle et autres jouets de plage colorés. Les chouchous croustillants de grains de sable que je dévore en rigolant, placée dans une baignoire de sable éphémère que mes frères tentent de consolider, au fur et à mesure que les vagues de mer lui filent des coups de buttoir. Les châteaux qui s'effondrent lorsque je n'ai pas suffisamment humidifié le sable, ou sous la pelle de ma P'tite Caille qui terrasse, ravi, tous mes efforts d'un seul geste. L'odeur de la cire qui sert à polir la rampe du Château, quand je la descends en courant, serviette sous le bras et maillot déjà prêt à être mouillé sur les fesses.
Casser les pignons, sur le chemin de terre dans la cacophonie des grillons. Se gaver de raisins, de cerises et de melons jusqu'à ce que le ventre fasse mal. courir en pyjama rose ou blanc, sur la pelouse, pour un dernier "chat" endiablé, avant que la cloche sonne l'heure du coucher. Se préparer pour aller tous au "taureau piscine", un soir dans l'été, et s'installer à la queue-leu-leu dans les arènes où paraissent quelques pauvres vachettes que nous applaudissons à tout rompre, convaincus du courage qu'il faut aux hommes qui entrent à leur tou, pour les affronter. épier les adultes, la nuit venue, en bandes de cousins bien décidés à voler quelques sensations d'interdit à la barbe des adultes qui commencent à siroter l'apéritif sur le perron.


Les embruns violents et iodés de la Bretagne qui prennent le relais en août et cette mer, plus noire, qui se retire pour mieux revenir sans que je comprenne. L'odeur un peu écoeurante des crevettes qui règne en maître, les lendemains de pêche de nuit, dans la cuisine vieillotte de ma grand mère où pèse le silence, lorsque les braves qui ont, la nuit venue, trempé les haveneaux sous les goémons, reprennent un sommeil mérité. Les minutes qui s'égrainent malgré moi, lorsque j'observe d'un œil circonspect et inquiet les dormeurs qui, dans la bassine bleue qui les accueille avant le bain bouillant, font bouger leurs énormes pinces au ralenti, comme s'ils avaient compris qu'il n'est plus temps de se battre. Le départ en canot pour Molène, qui n'a rien à voir avec sa grande soeur, mais qui nous attire, avec ses dunes et son sable fin pour des journées infiniment longues, ponctuées de piqueniques au sandwich jambon beurre demi-sel, œufs durs et chips. La panacée.
Ramasser des coquillages colorés sur la grève, pendant des heures, jouer aux raquettes, ou affronter les rochers roses aux formes propices à l'exploit, gargarisée d'un "t'es pas cap" d'un frère qui me donne tous les courages. S'émerveiller, dans un cri surpris, de découvrir un crabe vert sous un rocher. Tenter d'apprendre à godiller dans la prame, sous l'oeil confiant de Pôpa qui est convaincu qu'il arrivera à donner le pied marin à ses enfants drômois, plus habitués au champ des cigales et à la pétanque qu'à naviguer sur un Cormoran ou un Quatre-vingt. Tenter de surfer sur les vagues avec une planche en polystyrène qui me râpe le ventre et le haut des cuisses, les rendant aussi rouges que les premiers coups de soleil récoltés dans le sud, et me force à boire l'eau salée plus que de raison. Regarder tous les matins les cahiers de vacances dont j'ai vendu l'achat contre de grandes promesses de "je vais les faire tous les jours, maman s'il-te-plaît", attirée par leurs couvertures colorées, et dont seules les 3 premières pages sont remplies.
Sensation de journées, semaines, et heures infinies. Temps qui s'égraine aussi lentement que sont presqu'identiques ces journées qui s'enchaînent, avec leur lot quotidien d'aventures.
Rupture complète avec le quotidien, celle qui me donnera, en septembre, cette impression unique de redécouvrir ma chambre, mon sanctuaire, telle une inconnue, oeil neuf retrouvé.
Dites-moi, est-ce que vous aussi, vous pensez aux vacances?

Décider des gâteaux d'un anniversaire n'est jamais facile. Surtout lorsqu'on est deux gourmandes. Du coup, mieux vaut avoir plein de convives à sustenter, comme ça, on peut les multiplier.
Cette année au programme, une tarte au citron, grand classique de mon anniversaire, un clafoutis framboise-basilic, un sublime brownie-cheesecake, et un fraisier.
Ce dernier est un dessert que je n'avais jamais réalisé, ni même goûté, jusque-là. Guillemette, si. Lorsque je lui en ai parlé, elle a dit "tu es sûre?", j'ai répondu "oui, oui", confiante. Elle a rajouté "parce que c'est un peu lourd, comme dessert, avec tout le beurre...". J'ai dit "Ah bon?", puis, "Mais non, t'inquiète, on va alléger"
Et puis j'ai regardé les recettes classiques. Et j'y ai lu la crème, le beurre et tout le reste : effectivement, un peu lourd... Et là, j'ai tranquillement refermé l'ordinateur, en me disant qu'il suffisait d'innover, un peu.
Je pensais qu'en optant pour un peu de crème mascarpone, je gagnerais en légèreté. Je pensais qu'en ajoutant quelques oeufs, et en montant une chantilly, j'aurais une crème suffisamment dense pour tenir sur le fraisier, que je voulais avec une base de dacquoise. Pour les proportions, je trouvais plus marrant de faire "au pif". Juste for fun. On ne se refait pas... Pourtant, il y a des fois, je ferais sûrement mieux "de ne pas"....
Je vous passerai tous les détails de cette fabuleuse expérience. Dites-vous seulement que je ne sais pour quelle raison, la dacquoise faite par Guillemette était molle (et pourtant, Guillemette ne loupe JAMAIS une dacquoise!), que ma crème n'est jamais montée en chantilly, parce que j'avais eu la mauvaise idée de vouloir la monter avec le mascarpone et les oeufs, qu'à force de vouloir faire prendre la crème qui s'acharnait à rester trop liquide, cette dernière a commencé à se consteller de morceaux de gelatine qui ne voulaient pas s'incorporer. Qu'il a fallu la filtrer, la transvaser deux ou trois fois de plat, perdant au fur et à mesure quantité de crème. Que j'ai failli tout jeter au moins 2 fois. Que seule Guillemette a eu la patience de refaire une énième tentative pour récupérer ce qui semblait assez sûrement devenir, les minutes s'égrainant, "la foirade des 48 heures de cuisine" (on en a chaque fois une, histoire de se laisser quelques bons souvenirs). Et que finalement, c'est, avec la tarte au citron, le dessert qui a le plus été apprécié de la soirée, comme quoi, ça valait le coup de persévérer!


Pour cette dernière, point de péripétie. Juste une réalisation très inspirée d'une tarte citron présentée par Miss Bonbon, devant laquelle j'étais tombée en extase.
J'étais bien évidemment sûre d'en avoir noté précieusement les proportions, jusqu'à ce que je m'aperçoive, une fois dans mes cuisines, que je n'avais pas pris le fameux papier. J'ai donc fait contre mauvaise fortune preuve de ressources, et ai opté pour mes proportions habituelles de crème au citron et de lemon curd, reprenant finalement de miss Bonbon le meilleur : l'idée d'associer une double couche.
Le résultat fut phénoménal.
La Tarte au double citron-meringuée, deux fois plus de temps pour deux fois plus de plaisir

Ingrédients:

Pâte sablée à la noisette:

  • 200g de farine
  • 125g de beurre demi sel
  • 75g de poudre de noisettes
  • 50g de sucre
  • 1 jaune d'oeuf

Lemon curd:

  • 3 oeufs
  • 3 citrons
  • 75g de beurre
  • 100g de sucre

Crème cuite au citron:

  • 2 oeufs
  • jus de 3 citrons et 2 zestes
  • 75 g de sucre semoule
  • 5 CS de crème fraîche épaisse

Meringue:

  • 2 blancs d'oeuf
  • 80 g de sucre glace

Marche à suivre: à faire la veille

Préparer la pâte sablée aux noisettes:

  • Mélanger la farine, le sucre et la poudre de noisettes
  • Sabler avec le beurre, ajouter le jaune
  • Pétrir rapidement jusqu'à pouvoir former une boule
  • Mettre au frais 1h.
  • Étaler la pâte, la piquer et la cuire à blanc 12 minutes à 160°

Préparer le lemon curd:

  • Faire chauffer le jus des 3 citrons et leur zeste, le sucre et les oeufs battus. Faire épaissir la crème sur le feu, doucement, en ajoutant progressivement le beurre. Cuire jusqu'à ce que le lemon curd ait pris consistance, réserver pour qu'il refroidisse doucement
  • Faire tiédir le jus de citron dans une casserole avec le sucre et le beurre, ajouter l'oeuf battu et fouetter. Verser sur le fond de pâte et enfourner 15 minutes à 160°. La crème doit être dorée. Laisser refroidir.

Préparer la crème cuite:

  • Zester deux des trois citrons, les presser, ajouter au jus et aux zestes le sucre, les oeufs, battre jusqu'à l'obtention d'un mélange homogène, ajouter la crème fraiche,
  • Verser la crème sur la pâte sablée précuite, et placer 30 minutes au four.
  • A la sortie du four, laisser refroidir et verser le lemon curd sur la première couche de crème au citron bien refroidie.

Préparer la meringue:

  • Monter les blancs en neige ferme, en ajoutant lorsqu'ils commencent à prendre et progressivement le sucre glace
  • Etaler la meringue sur le lemon curd, avec précaution
  • Enfourner 12 minutes environ à 180 °, jusqu'à ce qu'elle soit légèrement colorée



Le Fraisier Mascarpone-Menthe-dacquoise de la mort (recette très améliorée... en tenant compte des difficultés de réalisation du moment):


Ingrédients:

  • 500 g de mascarpone
  • 500 à 750 g de fraises
  • 25 cl de crème fraîche entière
  • une 20 aine de feuilles de menthe fraîche, plus quelques unes pour le décor
  • 2 feuilles de gelatine
  • 2 oeufs entiers et 1 jaune
  • 60 g de sucre semoule + 15 g pour la chantilly
  • 2 blancs
  • 100 g de sucre
  • 75 g de poudre d'amandes

Marche à suivre: à faire la veille

  • Préparer la dacquoise: mélanger les blancs avec les 100 g de sucre et la poudre d'amandes, placer sur une plaque couverte d'un papier sulfurisé ou sur une silpat
  • Faire cuire dans un four préchauffé à 180°C, durant une quinzaine de minutes (veillez à ce que la dacquoise soit bien cuite, avant de la sortir! ;-))
  • Fouetter les oeufs et le jaune avec le sucre, jusqu'à ce que le tout blanchisse. Détendre le mascarpone avec ce mélange aux oeufs, et ajouter les feuilles de menthe ciselées
  • Faire ramollir les feuilles de gelatine dans un peu d'eau froide
  • Faire chauffer deux cuillères à soupe de crème fraîche dans une casserole, et y dissoudre la gelatine ramollie, placer le reste de la crème au congélateur, dans un bol en verre,
  • Ajouter la crème avec la gélatine au mélange au mascarpone, jusqu'à ce qu'elle entièrement dissoute dans le mélange (c'est là que ça s'est corsé, pour nous. A cet instant précis, la gelatine n'en a fait qu'à sa tête et a décidé que c'était beaucoup mieux de ne pas se dissoudre, mais je suis persuadée que ceci ne vous arrivera pas)
  • Monter la crème fraîche refroidie en chantilly (qui n'est jamais montée, pour moi, et pour cause: j'avais incorporé d'abord ma crème au mascarpone dedans, pensant que cela n'empêcherait pas le tout de prendre ;-). Ne faites pas ainsi)
  • Incorporer avec précaution la crème chantilly à celle au mascarpone
  • Dans un cercle à entremet, ou un plat à manquer recouvert de film transparent (dont on laisse dépasser les bords, pour pouvoir démouler), placer la dacquoise au fond, installer les fraises équeutées et coupées simplement en deux dans la longueur, à la verticale sur les côtés, et couchées pour le reste sur le fond de dacquoise.
  • Verser la crème sur le tout et si, comme moi, vous flippez totalement à l'idée que tout se casse la figure au moment du démoulage, placez soigneusement le tout au congélateur une nuit entière
  • Le jour J, démouler le fraisier congelé, le placer sur un joli plat et le laisser tranquillement dégeler toute la journée au frigo. Il sera parfait pour le dessert du dîner. Décorer juste avec quelques fraises restantes et feuilles de menthe.
  • Servir aux convives épatés

Bilan des courses:

Le fraisier, une fois décongelé, et malgré mes légers doutes, était finalement complètement pris. Mieux, il était tout simplement à se damner.

L'association ultra-classique fraises-menthe a, une fois de plus, fait son effet, donnant à cette version de fraisier visiblement beaucoup moins écoeurante que la version classique (d'autant que j'avais mis quantité de fraises), une touche de fraîcheur supplémentaire. Sans oublier, pour parfaire ce petit moment de dégustation parfait, le mariage des fraises avec l'amande de la dacquoise, juste évidente. De quoi me donner très envie de réitérer, très vite, malgré toutes les péripéties !

Quant à la tarte au citron, double et meringuée, je pense qu'elle a été celle qui nous a valu le plus de compliments. C'est une pure merveille. La double couche, pas forcément identifiable à l'oeil nu, à moins d'y porter véritablement attention, apporte à mon sens indéniablement un plus. Elle est à tenter, c'est sûr. Et pour ma part, cette recette prend la suite de la précédente, sans l'ombre d'une hésitation!

Conté par Alhya at 7/07/2008 09:15:00 AM

46 Comments:

Blogger Patricia a dit...

J'avoue que je ne sais lequel choisir... pour me resservir ! Alllez, je vais reprendre de la tarte...

10:21 AM  
Anonymous Lisanka a dit...

Bon anniv!!!! Moi aussi, je m'en vais reprendre de la tarte! ça fait longtemps que je n'étais pas passée par ici, quel bonheur de te retrouver!

10:50 AM  
Anonymous anne a dit...

Quel bonheur de feter un anniversaire avec un si bon g^teau! Je t'embrasse et t'adresse mes voeux de bonheur!

11:12 AM  
Blogger Flo a dit...

Plus de peur que de mal ! Ouf le fraisier est sauvé :-) Je pense aussi aux vacances, et l'océan me manque toujours... Bisous!

11:15 AM  
Blogger Mamina a dit...

Te voilà dans ta trntième année... Bon anniversaire, ma petite turtle. Je t'embrasse.
Peux-tu me dire par ailleurs pourquoi ta tarte au citron me hurle dans l'oreille qu'il faut que j'essaie sa double couche?
Et ce fraisier revisité a tout pour me plaire aussi.
Je te fais encore plein de bisous, pour tout.

11:19 AM  
Anonymous Mamounette a dit...

j'ai bien apprécié ton histoire joliment contée et qui me donne envie de retourner voir la Bretagne que j'aime tant ! Septembre sera sûrement propice !
Mais ta tarte double au citron ne serait-elle pas pour une gourmande plutôt hein ?
Joyeux anniversaire une bise iodée de la Vendée pour l'occasion

11:42 AM  
Blogger Ana a dit...

Quel duo de choc avec la belle Guillemette ! Je te souhait un excellent anniversaire ! Ta tarte est splendide et le fraisier.... TOP !

11:51 AM  
Blogger Natalia a dit...

Bon anniversiare ! Même en version allégée, je reste imperméable au fraisier (surtout si on y met de la menthe, sorry mais j'ai horreur de ça dans les desserts).
Par contre, pour la tarte au citron double couche, ah, vraiment, je ne sais pas ce que je ferais pour croquer dans une petite part. Bises

11:55 AM  
Blogger Claude-Olivier a dit...

ben voila un billet turtelien, généreux et agréable a lire, on en prendrait bien une part à tes côtés! Biz

12:06 PM  
Anonymous Choupette a dit...

Etant fan de tarte au citron je ne peux que rester envieuse de avant les photos!! ;-) Avec un peu de retard un très bon anniversaire! Gros bisous!

12:11 PM  
Anonymous Amélie a dit...

Bon anniversaire ! ;) Ta tarte au double citron meringuée à l'air très bonne ! Déjà que j'aime beaucoup la classique, la tienne doit être doublement délicieuse ! ^^ Et ton fraisier est bien réussi aussi, il est beau !

12:16 PM  
Anonymous bergeou a dit...

Ta tarte au citron a tout simplement l'air d'une tuerie !

12:41 PM  
Blogger Eglantine a dit...

Un très très bon anniversaire... deux de mes desserts préférés d'ailleurs fait aussi chez nous pendant le mois de juin ! ta version mentholée du fraisier est très séduisante

1:10 PM  
Anonymous Colette MARTINIC a dit...

Bon anniversaire ,ma Bretagne me manque un peu ...bisou

2:24 PM  
Blogger Provence a dit...

Joyeux Anniversaire!

Quand on est très très près des deux fois 29 ans, est-il possible de prendre une part de chaque?? Bises

5:31 PM  
Anonymous mayacook a dit...

Voilà une tarte qui donne (presque) envie de vieillir!! En attendant je te pique la musique...le départ pour Grenoble c'est demain et la route sera longue!! Dis, en parlant de vacances, on aura des chances de te voir dans le coin cet été??

7:37 PM  
Blogger Flo Bretzel a dit...

Je note l'idée de la double couche citron-citron!

11:01 PM  
Blogger La cuisine des 3 soeurs a dit...

Doublement citronnée, il faut que je goûte. Même en retard, je te souhaite un bon anniversaire.

1:12 AM  
Anonymous Guillemette a dit...

He he quels bons souvenirs pour ce fraisier :D
Aussi bien gustatifs (et pourtant c'etait vraiment pas gagne vu mon aversion pour ce type de dessert ;o) ) que pendant la preparation... C'etait bien folklo :D

12:12 PM  
Blogger veronica a dit...

oups bon d'abord moi j'ai tout goute et tout aime et puis il est superbe ton tablier....
la double tarte citron une tuerie...
Grosses bises ma belle...

7:45 PM  
Blogger jp a dit...

le début de cette note est beau
merci

9:12 AM  
Anonymous tini a dit...

Finalement les deux ont l'air super bons...les desserts...et la lecture m'a trop plu, merci!!

1:42 PM  
Anonymous tini a dit...

Les deux desserts me font envie avec une préférence pour la tarte, j'adore...merci pour la prose, j'adore aussi...

1:43 PM  
Anonymous murielle a dit...

Très joyeux anniversaire La Turtle !

7:14 AM  
Anonymous Estebe a dit...

Ces lignes iodées sur vos jours tranquilles chez les Bretons nous donneraient presque envie d'apprendre à causer le gaélique. Zolies gâteaux aussi.

11:29 AM  
Anonymous Eryn a dit...

Comment ne pas craquer devant de telles réalisations pâtissières ? Ce n'est pas moi qui résisterait en tout cas, je n'y penserais même pas !

Rien de mieux que des gâteaux et tartes maison pour fêter le plus dignement possible un anniversaire :)

Bises et bonne soirée,

6:10 PM  
Anonymous labas a dit...

je te souhaite un bon anniversaire!!
tes 2 desserts me donnent vraiment très envie!!!!
j'ai un faible pour la tarte au citron!!

9:35 PM  
Blogger Audinette a dit...

Tes râtés me font plaisir, gnarc, gnarc, gnarc, ça rassure !

9:06 AM  
Blogger Sophie a dit...

29 ans et des splendeurs de gâteaux (même avec toutes péripéties). Les 30 ans seront grandioses. Bisous.

2:09 PM  
Anonymous Michèle a dit...

Heureux anniversaire!!!!!!
Tes gâteaux sont de pures merveilles...

12:16 PM  
Blogger savoureusesaveur a dit...

et oui, je pense aux vacances ma Turtle! Mais avant toute chose je pense très fort à toi: 30 bougies cela mérite bien un flot de pensées. Je pense aussi que j'aurais bien plonger la cuillère dans ces deux merveilles préparées par un duo de choc!
30 Biz x x x x x x x x x x ... x x

12:24 PM  
Anonymous Gourmandises&gf a dit...

Je gouterai bien aux 2 !!

8:53 AM  
Anonymous frijoles a dit...

La tarte au citron est à tomber par terre et à se faire très mal, le fraisier on en parle même pas...Et ben qu'est ce que ça va être les 30 ans!! Joyeux anniversaire!!!

11:52 AM  
Anonymous lacath a dit...

Bon anniversaire! Et bravo pour ta persévérance, j'avoue que j'aurais craqué avant...
Bises
Cath

2:36 PM  
Anonymous Béré a dit...

Depuis le temps que je ne suis pas venue... je vois que tu nous innonde toujours de magnifiques recettes, de superbes histoires et des photos top alléchantes !!!!

La tarte au citron me plait particulièrement, vais me voir obligé de la tester :o)

Bisous

7:56 PM  
Anonymous Baluchon a dit...

Quelle aventure que ce fraisier ! La double tarte au citron l'air démente... Et je ne dis pas uniquement ça parce que je suis une véritable citronnovore, et qu'à vrai dire, la tarte au citron meringuée est mon dessert préféré parmi tous...

PS : je partage beaucoup de tes bribes de souvenirs d'enfance, notamment ceux de la bande de cousins qui épie le adultes ! Combien de missions secrètes comme celles-ci ai-je pu réaliser...

9:37 PM  
Anonymous yayoune a dit...

toutes ces péripéties en cuisine ne t'auraient-elles pas perturbé dans la rédaction de ton post avec inversion des photos ??? néanmoins la tarte double citron me tente beaucoup et j'irai bien tremper ma cuillère !!!
bon anniversaire !!!

7:55 PM  
Anonymous hélène a dit...

J'allais passer à côté...Effectivemnt, ces deux desserts sont démoniaques. Encore un an avant les 30 ans, l'âge de raison...
Bises
Hélène

2:48 PM  
Blogger nuage de lait a dit...

Joueux Anniversaire (en retard ) moi, je me fait une assiette gourmande, ca veut dire que je prend les 2 ;-))))))
Il y a quelque chose pour toi sur mon, blog (dès lundi 21 au matin)
bises
jojo

11:04 PM  
Anonymous ellie a dit...

Rhoooooooooooooooo... double citron!!
A chaque fois que je dois préparer un dessert, je passe toujours par vingt mille idées..mais j´en reviens toujours à faire la tarte au citron (MA tarte au citron, of course!!)! La prochaine fois, je mets les deux couches pour le plaisir :-)

Joyeux annif´ en retard Louloutte!!

4:42 PM  
Blogger Philo a dit...

Je craque pour la tarte au citron et j'en prendrai bien une part en attendant le fameux 2/08 jour de mon départ pour les vacances. Une semaine que je ne pense qu'à ça surtout avec ce beau ciel bleu.
Allez bon anniversaire même si je suis un peu en retard

10:46 PM  
Blogger guylaine a dit...

Bon anniversaire avec un peu de retard, ces desserts me conviennent tout à fait ! Pour moi les vacances c'est déjà du passé, lol ! Profite bien de ta Bretagne, bisous !

12:51 AM  
Anonymous océane a dit...

deux desserts aussi irrésistibles l'un que l'autre !!

11:17 AM  
Anonymous Chef Damien a dit...

Bonne anniversaire et vive la tarte au citron universelle qui a largement plus de 29 ans...

12:45 AM  
Anonymous Tarte citron a dit...

Quelle belle introduction avant la recette et le tout en musique.
Il faudrait presque ouvrir le site avant de passer au dessert.
Merci en tout cas pour cette page qui change vraiment des pages habituelles de recettes de cuisine.

3:50 PM  
Anonymous lory a dit...

quelle recette délicieuse, ton gâteau est sublime!!

9:02 AM  

Enregistrer un commentaire

Fiche recette

Créer un lien

<< Home