A Turtle in a Kitchen

a déménagé

http://www.aturtleinakitchen.fr

Désolée pour le dérangement...

A Turtle in a Kitchen: Entre deux voyages... cigares d'agneau aux amandes, chutney de rhubarbe aux 3 poivres

avril 28, 2008

Entre deux voyages... cigares d'agneau aux amandes, chutney de rhubarbe aux 3 poivres

Les retours de voyage sont propices à la réflexion. S'il m'est parfois arrivé d'évoquer, entre deux lignes, mes doutes professionnels, je n'ai jamais pour autant pris vraiment le temps de parler des raisons pour lesquelles j'étais entrée dans cette aventure que constitue la rédaction d'une thèse.
Par pudeur, par incapacité aussi. Comment décrire ce qui m'occupe quasiment tous les jours d'une année, quand ce ne sont pas les nuits? Comment prendre du recul lorsque je suis prise dans un travail qui génère ses propres dynamiques, entraîne l'esprit, et pousse les questionnements si loin?

Des premières années, je me souviens surtout de ce léger sentiment de honte. Particulièrement lorsque le fameux "et toi, tu fais quoi dans la vie?" débarquait, de préférence sur la terrasse d'un troquet, en bord de mer, alors que je reprenais difficilement mon souffle coupé par un fou rire. Honte, parce que les réactions sont souvent les mêmes, et qu'elles me mettaient à l'époque profondément mal à l'aise. Cette espèce d'admiration, qui me semblait si disproportionnée par rapport à ce que je pouvais ressentir face à ce choix dont je ne mesurais pas encore toutes les conséquences, et la distance immédiate que cet aveu suscitait, assorti du quasi systématique : "ouah, chapeau! moi, je n'aurais jamais pu, ce n'était vraiment pas fait pour moi".
Gênée, je rétorquais systématiquement un timide "non, non, mais tu sais, moi non plus, je ne me sentais pas prédestinée, et encore aujourd'hui, je ne suis pas sûre..."
Sûre de quoi au juste ? Sûre d'avoir bien choisi ? Sûre d'aimer ce travail? Sûre d'être capable de terminer ? Sûre de savoir pour quelle raison j'étais partie sur cette voie, et surtout, où elle me mènerait finalement ? Autant de questions à l'égard desquelles je ne dispose toujours que de réponses parcellaires. Et pourtant.

Aussi sûrement que l'on sait en les faisant que certains choix vont changer votre regard et votre rapport à la vie, la décision de me lancer il y a plus de quatre ans, je l'ai prise d'instinct, tout en sachant que je faisais sacrément confiance au destin. Comme on se jette, un peu inconscient, du haut du grand plongeoir.

Sensation sûrement proche de celle que ressent un couple qui décide d'avoir un enfant. Comment pourraient-ils savoir s'ils seront de bons parents, s'ils vont rendre heureux leur enfant ? Comment apprécier s'ils aimeront les bouleversements que la naissance ne manquera pas d'entraîner, quand ils ne les ont pas encore vécus?

Devenir parent n'est jamais conforme à ce que l'on imaginait avant de l'être. Ni plus facile, ni plus dur, juste différent, et plein de surprises. De la même manière, se lancer dans une thèse n'est pas du tout conforme à ce que l'on imagine avant, ni à ce que les gens qui ne l'ont pas vécu imaginent.


Aujourd'hui, il me semble qu'au delà de l'effort intellectuel, de l'assiduité et de la constance qu'elle impose, la thèse permet d'entrer dans un rapport différent au temps, où l'impression d'être toujours en retard côtoie celle de ne jamais en finir, où l'on mûrit à grands coups de doutes dépassés, sans quitter le statut d'étudiant, où l'on apprend la solitude tout en découvrant, parfois, l'immense émotion de la transmission.

Certains découvrent la volonté, et le travail acharné, aussi. D'autres, naturellement dotés d'une certaine capacité à s'astreindre (la petite Turtle du haut de ses deux ans à peine ne se couchait qu'après avoir consciencieusement rangé ses petits chaussons parallèle au pied de son lit, raconte la légende), apprennent le lâcher prise. Les découvertes fabuleuses que permettent les chemins de traverse, la curiosité et la contemplation. Le temps de la réflexion, et les limites de la force. L'immense nécessité de l'amitié, du rire et du regard plein de confiance de ceux qui nous aiment, quand soi-même l'on est proche de douter de son propre nom.

Quelle que soit l'issue de ce qui finira par constituer un quinquennat, j'aurai au moins découvert cette richesse là.

Pleine de cette douce pensée, et sans autre transition, je vous propose de passer à la leçon du jour :

Comment moderniser un plat classique en deux coups de cuillère à pot ?

Rien de plus simple !
Prenez un grand classique de la cuisine française, traditionnellement servi à Pâques, l’épaule d’agneau dorée au four et servie avec les classiques flageolets. Faites lui alors subir un relooking dans les règles.
Pour cela, quittez les sentiers battus et laissez-vous influencer par des inspirations étrangères et la douceur d’une association sucrée salée.
Quelques feuilles de brick croustillantes pour parer la viande (recyclant allègrement une fabuleuse idée d'Eric), un chutney de rhubarbe, légèrement sucré, acidulé et poivré. Quelques légumes verts boudés par les enfants et les hommes peu réceptifs aux bienfaits d’une alimentation équilibrée, revenus lentement dans un lait de coco à la touche naturellement exotique et généreuse, assurance d’une texture fondante et généreuse à souhait. Enfin, quelques cocos de Paimpol transformés pour l’occasion en une crème onctueuse, jouant les madeleines de Proust de la tradition.
Et voilà… Vous voici face à un plat étonnant, original, et tout bonnement délicieux…


Cigares d’agneau aux amandes et chutney de rhubarbe aux 3 poivres, poêlée de légumes verts

Ingrédients pour 4 personnes :
  • 250 g de blettes
  • 150 g de salsifis (surgelés, ou en boîte)
  • 20 cl de lait de coco
  • 15 cl de crème fraîche liquide
  • 350 d’épaule d’agneau désossée
  • 100 g de cocos de Paimpol (ou d’haricots blanc demi-secs)
  • 35 g d’amandes entières
  • ½ échalote
  • 400 g de rhubarbe (surgelée ou préparée et coupée en morceaux)
  • 20 g de beurre + un peu pour faire revenir les cigares
  • 10 cl de vinaigre de cidre
  • 125 g de sucre
  • 10 grains de poivre cubèbe
  • 1 poivre long
  • Mélange 5 baies
  • Sel
  • Huile
  • 6 feuilles de brick


    Marche à suivre:
  • Préparer le chutney :
    Faire fondre dans une casserole le beurre, et y mettre les morceaux de rhubarbe, arroser avec le vinaigre de cidre et l’eau, ajouter le sucre, en remuant, y glisser les grains de poivre cubèbe, râper le poivre long et ajouter un peu de mélange 5 baies
  • Laisser cuire à feu doux, pendant une trentaine de minutes, jusqu’à ce que les fruits aient compoté
  • Goûter, et ajouter éventuellement un peu de sucre, en fonction du goût souhaité
  • Pendant ce temps, préparer les légumes :
  • Laver les blettes, retirer les feuilles éventuellement abîmées, et émincer finement
  • Dans une poêle chauffée, jeter les blettes émincées, ajouter les salsifis, et verser le lait de coco, laisser cuire doucement une trentaine de minutes, en remuant régulièrement, jusqu’à ce que le lait de coco ait réduit, saler et poivrer
  • Faire chauffer une petite casserole avec la crème fraîche, et un peu d’eau, y glisser les cocos de Paimpol, saler et laisser cuire une vingtaine de minutes, mixer le tout pour obtenir une crème lisse et un peu dense
  • Enfin, préparer les cigares d’agneau :
  • Hacher l’agneau au couteau, ajouter la demi échalote émincée en petits dés, ajouter les amandes concassées grossièrement, saler et poivrer, bien mélanger le tout
  • Faire préchauffer le four à 200 °C
  • Prendre une feuille de brick et la couper en deux, placer une bonne cuillérée du mélange en bas d’une bande de brick, recouvrir d’une cuillère à soupe de chutney et rouler la brick en cigare, procéder ainsi avec chacune des demi-feuilles de brick, réserver au fur et à mesure sur une grille du four recouverte d’un papier sulfurisé
  • Enfin faire fondre un peu de beurre et recouvrir chacun des cigares à l’aide d’un pinceau
  • Glisser au four une dizaine de minutes
  • Faire chauffer une poêle à feu vif, avec un mélange de beurre ou d’huile et faire revenir rapidement les cigares pour les rendre parfaitement croustillants

    Au moment de servir, disposer dans chaque assiette 3 cigares d’agneau, les légumes verts cuits au lait de coco (que vous pouvez disposer dans un petit cercle à entremet, pour un rendu plus esthétique), couverts d’une belle cuillérée de crème de cocos de Paimpol. Ajouter enfin une belle cuillérée de chutney de rhubarbe aux 3 poivres.

Bilan des courses:

Comme à l’accoutumée, pour tester ce plat aux saveurs étonnantes, j’ai réuni un public peu averti, voire franchement hostile à l’originalité, juste réceptif à l’idée de se régaler. Pari gagné ! L’enthousiasme des testeurs a balayé en une seconde le temps passé en cuisine, et les préjugés de ceux qui croyaient -bêtement!- ne pas aimer la rhubarbe.
Tous ont littéralement fondu pour les saveurs croisées de la rhubarbe légèrement sucrée et acidulée, associée à la force de l’agneau paré de sa robe croustillante.
Les blettes et les salsifis, onctueux et fondants, grâce à leur cuisson au lait de coco, apportaient la note verte, complétée à merveille par la générosité de la crème de cocos de Paimpol. Le tout créait un plat équilibré, alliant modernité et classicisme dans un enchantement des papilles…
Alors, prêts à relever le défi ?

Conté par Alhya at 4/28/2008 11:38:00 PM

42 Comments:

Blogger La cuisine des 3 soeurs a dit...

Justement, ce que je retiens dans ta recette, c'est la rhubarbe. Les haricots, c'est pas mon truc. Dommage nous nous sommes ratées samedi, tu as dû arriver, juste quand je partais. Ce sera pour une autre fois.

12:04 AM  
Blogger Taliashka a dit...

Belle remise en question, de celles qui viennent de loin et propulsent encore d'avantage dans l'avenir.
Je ne peux te souhaiter qu'une chose, aller là où ce destin te mènera, qui ne pourra alors être que l'endroit où tu devais être ^^.
Puis-je te demander en quoi tu passes ta thèse? Si ce n'est pas trop indiscret bien sûr ;)

Bonne continuation en tout cas et puis... encore plein de si délicieuses recettes *miam / slurp*

Talia

6:30 AM  
Anonymous Eryn a dit...

Oui, prête à relever le défi, bien que ce n'en soit pas vraiment un pour moi car j'adore le mariage de saveurs, et ce sucré-salé me conviendrait parfaitement. J'aime beaucoup l'ajout d'amandes dans la farce à l'agneau, et j'adore les chutneys ! Cette année, je n'ai pas encore goûté à la rhubarbe, ce serait l'occasion.

Quant aux questionnements ... Je souhaite qu'ils te servent de moteur, surtout pas de frein, mais vu comme tu analyses bien les choses, je suis certaine que c'est le cas, ou que ça le sera !

Bises et bonne journée,

7:11 AM  
Anonymous 7tourvercors a dit...

Tellement d'accord avec toi sur ce travail de thèse... En retard, en retard je suis toujours en retard.... Et on compte les jours passés en se réfugiant sous la couette / le bureau / le blog / la cuisine pour ne pas voir les jours à venir. Une épreuve c'est certain.

Pour la recette ... Je la déguste visuellement, comme tous les autres plats que tu prépares... Avant de me mettre à préparer ce chutney :)

Bonne journée !

7:37 AM  
Blogger Le Cookie Masqué a dit...

ayant longtemps hésité à choisir la recherche, j'ai le sentiment de te comprendre ...
mais j'ai finalement choisi ma passion : pâtisserie :-)
très jolie recette

8:11 AM  
Blogger Mamina a dit...

Je n'ai jamais fumé lez cigare et tu m'y entraînes. Ils me plaisent ces cigares, je ne peux pas dire non!
ta cuisson des légumes au lait de coco me parle aussi de façon impérative. je t'embrasse.

8:11 AM  
Anonymous mayacook a dit...

Devenir parent nous plonge également dans un rapport très différent au temps ;) En tout cas vu comme tu relèves tes défis, je suis sûre que la réussite est au bout de la route!!!

8:20 AM  
Blogger Hélène (Cannes) a dit...

Allez, retourne vite travailler ! Nous, on a un peu le temps de contempler ta recette et, pourquoi pas, de s'atteler à sa réalisation ... ;o)
Bisous
Hélène

8:39 AM  
Anonymous Choupette a dit...

Toujours de bien jolies idées chez toi, difficile d'être déçu avec un plat si riche en parfums! ;-)

9:20 AM  
Blogger Patrick CdM a dit...

Ni admiration ni distance de mon côté, tu peux te relaxer... Allez courage, tu la domines désormais totalement cette thèse; dernière ligne droite que tu vas tracer très sereinement en vagabondant un peu, je viendrai à la soutenance, déguisé en Haroun El Poussah, çà va te plaire.

J'aime carrément ta recette, elle est tout à fait dans ta manière de cuisiner, réceptrice à toutes influences et d'une généreuse fantaisie; je vais un peu bosser différents légumes au lait de coco.

(En même temps, traire les cocos de Paimpol, fallait oser, vous êtes trop forts dans les Pink Stones ;-))

9:47 AM  
Blogger Flo a dit...

Merci pour cette belle recette, malgré le temps qui file vite ! Bizzz

9:56 AM  
Blogger bergeou a dit...

Je suis tout à fait d'accord avec toi sur ce qui se passe dans la tête de quelqu'un qui va devenir parents, il ne me reste plus que trois mois avant de découvrir ce qu'est être mère...je doute souvent mais ça n'empêche pas d'avancer...Encore une belle recette et je te souhaite que cette aventure de thésarde se termine en beauté !

10:13 AM  
Blogger Liliy Gnocchi a dit...

Des épices et un beau rayon de soleil! Ca a l'air vraiment délicieux! Epices ramenées d'Egypte?
Je vais essayer d'intégrer ta touche positive dans ma vison actuelle de la vie de thésarde... Merci pour ton texte! Ca fait du bien d'appercevoir les choses une fois par un autre angle.

10:35 AM  
Blogger Chantal33 a dit...

Quel beau mariage de saveurs, tu as osé, ils ont aimé, y'à plus qu'a essayer! Bises

11:21 AM  
Blogger Miechambo a dit...

Une recette étonnante...... détonnante ? A essayer un de ces jours maintenant que nous aimons de plus en plus le sucré/salé.
Bon courage et à bientôt
Bises
Michèle

11:23 AM  
Blogger Tit' a dit...

Aucune connotation particulière dans les mots qui suivent, mais il existe parfois des recettes tout bonnement... jouissives ! Tout du moins, est-ce l'idée que je me fais de celle-ci. Tu plonges dans les cuisines du monde et tu en ressors avec un peu d'ici, avec un peu de là, tu ajoutes, tu soustraits, tu ajustes et tu réalises une cuisine merveilleuse. Nous nageons en plein fusion food.

11:24 AM  
Anonymous Mamzelle Gwen a dit...

Si avec çà, tu ne convaincs pas tous les réfractaires au gigot, je me fais hara-kiri !
PS: je prends toujours autant de palisir à te lire. Le récit de ton voyage en égypte est magnifique. Merci.

1:36 PM  
Blogger Flo Bretzel a dit...

Je me cantonne toujours à cuisiner la rhubarbe en version sucrée, tu m'ouvres de nouveaux horizons avec ce chutney!

1:58 PM  
Blogger veronica a dit...

Enfin ..la recette..super moi je note de suite la fameuse cuisson des salsifis dans le lait de coco..bisous bisous

3:33 PM  
Blogger Tifenn a dit...

Et puis, en voit-on la fin??
En tout cas, j'aime ce plat improbable et séducteur.

4:35 PM  
Blogger Natalia a dit...

Bravo... où puises-tu l'énergie d'imaginer tout cela, toi la thésarde ? Durant cette période que tu décris si bien dans ton billet, j'ai eu l'impression, souvent, d'être incapable de pouvoir penser et m'investir dans autre chose que la thèse... tu m'épates une fois de plus, cette recette est exactement le genre de chose que j'aime goûter.

5:15 PM  
Blogger Sophie a dit...

Toujours autant de finesse chez toi : dans les mots, le ressenti, l'analyse. Je t'embrasse.

9:13 PM  
Anonymous yayoune a dit...

Il ne faut jamais analyser ses choix .Quel qu'il soit , bons ou mauvais , chacun nous apporte toujours un plus , quelque chose qui nous permet d'avancer ... et là c'est vers la cuisine qu'on avance en suivant l'odeur des cigares ...délicieux

9:34 PM  
Blogger khala a dit...

la recette me plait bien sûr ( à part la rhubarbe .. j'peux définitivement pas ) , mais ce qui me plait le plus c'est ton récit et ton analyse ! je suis très admirative de cette réflexion ! comme tu le dis " moi , j'aurai jamais pu ! "
moi , je crois en toi et je sais que tu arriveras à finir cette thèse , et de toute façon , je pense que tu pourrais facilement faire carrière dans l'écriture
tu as plein de cartes entre les mains , je ne m'inquiète pas pour ton avenir !
bisous

8:59 AM  
Blogger Provence a dit...

La rhubarbe arrive en force et j'en suis ravie comme je suis toujours ravie de te lire!

2:36 PM  
Anonymous thealamethe1@canalblog.com a dit...

Tu sais ma chère ton message me touche profondément, c’est tout moi, tu m’invoques dans chaque ligne, entre ma thèse qui semble ne pas vouloir terminer, et mes questionnements qui ne finissent pas sur l’après thèse, mon bébé d’à peine 7 courts mois qui fait de son mieux pour perturber mon effort intellectuel (et que pourtant donne une joie à ma vie que je n’imaginais pas avant de lui donner vie), et avec tous ça je me trouve là devant ton billet, entrain de naviguer sur tous ces blogs culinaires, qui reste une passion à part.
Merci de partager avec nous tes émotions, et de susciter les miennes.

5:30 PM  
Blogger shinobi a dit...

ah les salsifis vraiment au dessus de mes forces ! mais les cigares j'achète !

12:29 PM  
Anonymous lory a dit...

Tout ce que j'aime!Cette recette me plait beaucoup!!!

1:37 PM  
Anonymous Marie-Thé a dit...

Je ne me fais aucun soucis pour toi, au travers de ton billet je sens que tu es une personne qui sait où elle va, tu t'analyses et le fait de se poser des questions ouvertement je trouve que c'est très bien, bon courage et bonne continuation sur la voie de la réussite !
et pour la recette j'aime tous les ingrédients sauf l'agneau pas grave ça se remplace hein pas vrai ??? bises

2:01 PM  
Blogger Claire P. a dit...

Splendide recette, comme d'habitude! Je ne sais pas comment tu réussis à inventer tout ça, à marier tout ça, à merveilleusement bien "harmoniser" tes idées coup-de coeur!
Chapeau bas en tous les cas!
Et puis.. merci! Merci pour ce long texte qui tombe à pic pour ma pomme.. j'attends de voir si j'ai gagné le droit de postuler pour une allocation de recherche à Paris I, et tes splendides mots sur la beauté de l'expérience, malgré bien évidemment tous les obstacles et les difficultés, de taille, que tu as traversés, me rassurent et me donnent plus que jamais envie de l'avoir, cette put*** d'alloc!! :)
Merci mon vrai mentor en tout et pour tout!!
Bises!

7:41 PM  
Anonymous eva a dit...

Je te souhaite de poursuivre la route et de finaliser cette étape qui a été si importante, formatrice et passionnante ...
Personnellement, j'aurais également fondu face à une telle préparation !

9:50 PM  
Blogger Sha a dit...

Le défi pour les recettes oui, mais pas pour mon mémoire ! Quoique il va bien falloir là, c'st décidé, je m'y mets.
Chutney aux 3 poivres ? le nombre trois nous réussi !

6:27 PM  
Blogger Birgit a dit...

Rien de tel que la cuisine pour décontracter les méninges d'une chercheuse et d'une travailleuse pour mon cas. Plus c'est subtil et plus c'est complexe plus on se détend. On peut dire que là tu as bien reposé tes méninges et je suis sure que ce sera bénéfique pour le reste ! Courage et concocte encore de belles recettes pour notre plaisir et pour tes méninges !
A très bientôt
Birgit

5:08 PM  
Anonymous babali a dit...

J'adore ces mélanges de saveurs. Superbe encore une fois

7:42 PM  
Anonymous Hélène a dit...

Si tu prends du plaisir dans ton travail, la moitié du chemin est parcourue. Tu es sur la bonne voie aucun doute. En regardant en arrière dans quelques années, tu seras fière de toi.
Je confirme, être parent n'est pas l'idée que l'on peut s'en faire mais quelle belle aventure. Les enfants nous ramènent rapidement à l'essentiel.
Délicieux ces cigares. Ton voyage t'a bien inspiré. Un bon mélange des saveurs.

9:54 AM  
Blogger Botacook a dit...

Ta recette propose un mélange de saveurs et de textures qui me plaît beaucoup.
Moi aussi je me suis lancée dans une thèse (en octobre, je suis donc bien moins avancée... ou reculée, que toi). Je me reconnais dans tes paroles. Je doute aussi tous les jours, je me demande si j'ai fait le bon choix, si j'y arriverai, si c'est fait pour moi, et ce que je ferai après, et quand est-ce que je pourrais bien faire un bébé, voyager, etc... J'ai aussi l'impression de ne pas avancer, même de reculer parfois, de n'avoir pas fait le 10ème du quart du boulot qu'il faudra faire, de ne pas savoir m'organiser correctement, d'être super à la bourre... et pourtant, je continue... pour l'instant! C'est tellement prenant, il ne faut pas oublier de vivre!
C'est quoi ton domaine de recherche?

10:41 AM  
Blogger Saperlipopote a dit...

sincèrement, ça mérite une thèse des recettes comme ça !
de ces petits défis de la vie, de ces moments où on se lance et on se dit après "mais qu'est-ce qui m'a prit", de ces questionnements qui nous amène à nous dire que finalement on a sans doute fait le bon choix pour soi...
comme je te comprend, je suis en plein dedans après un peu plus d'un an d'installation en libéral
comme un saut à l'élastique : flippant mais ce qui est rassurant, c'est qu'on a l'élastique aux pieds !

10:42 AM  
Anonymous gourmandelise a dit...

Ta recette est sympa et les photos sont jolies! Bonne journée.

5:30 PM  
Blogger savoureusesaveur a dit...

un défi que je relèverais les yeux fermés sans doute aucun! C'est une chose dont je suis certaine! une au moins car ces doutes dont tu parles et qui s'égrènent tout au long d'une vie, ces doutes eux nous permettent d'avancer. Je ne peux pas me dire qu'une vie sans doute soit vraie et pleine. Avec eux, nous grandissons. Je te souhaite de toujours avoir la force d'écouter tes doutes qui sont, bien souvent, des signes de la nécessité de réaliser son destin. Bises

7:21 PM  
Blogger senga a dit...

Quelle belle recette parfumée et subtile... je retiens moi aussi la rhubarbe ! on l'aime et il me manquait l'idée d'un plat salé, vraiment original... Aucun doute, tes pensées de thésarde mènent quand même à la gourmandise et à la créativité...

10:46 AM  
Anonymous eleonora a dit...

C'est un mélange surprenant et magique..bravo....Bonne fin de semaine sous le soleil

7:31 AM  
Anonymous Tiuscha a dit...

Indéniablement inspiré de tes voyages réels et virtuels, cet accord ravit les papilles et le croustillant avec la saveur de l'agneau, une merveille !

10:30 AM  

Enregistrer un commentaire

Fiche recette

Créer un lien

<< Home