A Turtle in a Kitchen

a déménagé

http://www.aturtleinakitchen.fr

Désolée pour le dérangement...

A Turtle in a Kitchen: Cake ultra moelleux chocolaté à l'huile... d'olive. Essaye un peu..., si tu l'oses!

janvier 29, 2008

Cake ultra moelleux chocolaté à l'huile... d'olive. Essaye un peu..., si tu l'oses!

185..., 186..., 187..... Le compte est bon !



Voilà ce que je me suis écrié, dimanche soir, à presque minuit. Bien sûr, il ne s'agissait pas du nombre de pompes que j'effectuais, ni du nombre de chocolats engloutis dans le week end (oh l'autre!), mais tout simplement celui des copies, corrigées en un temps record, pour cause de dead line qui s'approchait à grands pas, pour ne pas dire à la vitesse du son (je garde celle de la lumière sous le coude, pour un prochain épisode palpitant de ma vie)! Or, pour réaliser ce genre de challenge, ô combien enrichissant, je ne connais qu'une seule et unique méthode : se placer en mode hibernation forcée, seul et unique moyen de me convaincre de passer plus de dix heures par jour à la tâche.
Ceci expliquant cela, je n'ai pas été véritablement "présente au monde" ce week end. Pour dire vrai, je m'étais quasi dissociée de mon propre corps, n'étant qu'une espèce de machine à corriger, enchaînant les copies comme d'autres enchaînent les longueurs, sans réfléchir qu'à la lueur finale, celle constituée par la fin de cet interminable tas. Et 5 de plus, et 20 de plus, et 40, et bientôt, le tant espéré "plus que 10, .. que 5..., que 3...". (A ce sujet, avez-vous remarqué quedans ce genre d'effort, répétitif, les derniers mètres sont toujours les plus longs? )
Durant deux jours, j'ai lutté, lutté, envers et contre la douleur du poignet, la fatigue des yeux, le ras le bol de lire pour la 70 ème fois que "débouter signifie : rejeter une demande en justice"... Avec cette fabuleuse musique dans la tête, je me voyais, en digne héritière de ce Balboa devenu tellement culte pour mes frères qu'il l'est aussi devenu pour moi, terminer sous les hourras d'un public en délire, et... même pas!
J'étais, malgré tout, très fière de moi, et, au moment de me coucher, je me suis fait la réfléxion que la vie était marrante, quand même.
Lorsque j'étais étudiante et que je passais moi-même les fameux partiels du mois de janvier je ne voyais que l'outrage que la faculté me faisait à organiser systématiquement ces examens dès les tous premiers jours du mois de janvier, alors que j'avais bien d'autres envies, pendant les périodes de fêtes, que de réviser quand tout le monde mangeait, faisait la fête et parcourait les magasins à la recherche des cadeaux de Noël. Je me souviens aussi de cette ambiance particulière, lorsque j'arrivais dans l'amphithéâtre le matin des épreuves, déballant ma trousse et ma montre, seuls à me tenir compagnie pendant les longues heures d'examen, quand mes voisins d'épreuve sortaient pour leur part, mouchoirs, bouteilles d'eau, snickers et autres barres vitaminées pour casser la faim, la soif ou l'ennui. Il y avait alors dans l'air, outre l'odeur de la gomina de mon voisin de droite et du parfum entêtant, en général, dont s'était largement aspergé ma voisine de gauche, cette électricité, cette tension, précédant l'examen. Je revois encore la fille qui, deux minutes avant l'épreuve, compulsait encore ses innombrables fiches, censées l'aider à mémoriser dans l'urgence les dates clés de la création des juridictions ou le nombre de jurés présents devant la chambre d'accusation de la cour d'appel ; et la tête angoissée du garçon qui interrogeait desespérément tous ses voisins, le stress dans la voix, cherchant le nom du jugement dont il ne se souvenait plus, alors qu'il le savait encore la veille.... Je me souviens encore de ces quelques blagues, toujours les meilleures, que j'échangeais pendant ce temps, avec mes amis, que je ne recroise plus, pour la plupart, mais dont je me sentais si proche, en attendant, un peu fébrile, le moment où le sujet apparaîtrait avec son lot de questions. J'ai encore en tête cette impression d'euphorie, ne manquant pas de débarquer tout au fond de l'estomac, lorsqu'enfin je rendais la toute dernière copie marquant la fin de cette période d'examen marathon. Celle créée par la perspective de pouvoir à nouveau faire la moule dans le canapé, la fête avec mes amis, avec cette impression unique de devoir accompli. La cure de cinéma, aussi, qui, inlassablement, clôturait cette période d'effort, lorsque j'enchainais les séances, les unes à la suite des autres, pour meubler ces longs instants de calme après la tempête, ces films, défilé d'images, de son et d'histoires qui m'aidaient progressivement à retrouver ce grand et doux plaisir de la glande... Après les quinze jours au moins passés comme dans un sous marin russe à réviser non-stop, il fallait bien ça pour tromper cette impression bizarre de vide après l'effort. Réapprendre à meubler les journées sans contrainte, sans l'obligation de se mettre à travailler, dès les premières heures du matin, jusqu'à tard dans la soirée.


Autant dire qu'à l'époque, pas un instant je n'ai ne serait-ce que réfléchi à ce que devenaient ces fameuses copies dont nous avions noirci les lignes, à plus de 500 par amphithéâtre. Non, jamais. Il aura fallu que je passe de l'autre côté, celui des enseignants pour comprendre.... Et là, je dois bien dire que j'ai vite compris l'ampleur de la tâche, pour le correcteur... Ah ça oui!



Cette année, ce ne sont pas moins de 230 copies qui seront passées sous mes yeux, en l'espace d'un mois, rien que cela... Mais heureusement, outre les fou-rires que me réservent parfois les perles que contiennent certaines d'entre elles (saviez vous, par exemple, que le port du voile était interdit à l'école pour privilégier le proxénétisme. Et oui! que de la blague cette histoire de lutte contre le prosélytisme! ), il y a toujours cette satisfaction à découvrir que certains étudiants ont compris ce que je me suis évertué à enseigner des heures durant, et le fait que, sans pour autant raffoler des corrections, ces dernières sont parfois les bienvenues pour me réconforter avec l'idée qu'écrire une thèse, c'est finalement super intéressant!

Pourtant, avant hier, arrivée aux trois quarts des 187 copies corrigées en trois jours, il me fallait plus que ces réflexions pour parvenir au bout de ce tas qui semblait aussi inépuisable que le décompte des grains de sable d'une plage bretonne.... Il me fallait quelque chose qui fasse taire le ras le bol grandissant, de plus en plus palpable avec les heures, et la douleur me lancinant, juste à la base de la nuque, la tête penchée depuis les toutes premières heures du matin sur ces pattes de mouche noircissant les lignes et laissant dangereusement présager la migraine. Heureusement, j'avais sous le coude exactement ce dont j'avais besoin.... (la Turtle est prévoyante, quand cela s'avère nécessaire ...)

J'avais une merveilleuse petite douceur... Une de celles qui rebooste autant que les "allez! allez!" du coach de Rocky. J'avais le cake fabuleux au chocolat d'Alain Ducasse, admiré chez Sandra en novembre et mis illico presto dans mes favoris, dans l'attente du moment parfait pour être dégainé. Et samedi , au réveil, c'est celui-ci qui est venu titiller mes neurones, doux souvenir d'abord, puis révélation soudaine autant qu'irrépressible du petit matin : je savais que son heure était venue!



Avant de vous narrer la découverte et la saveur de ce cake tout en douceur, je dois préciser que durant des années, les cakes me faisaient aussi peu d'effet qu'une tranche de jambon oubliée dans un frigo désert... J'avais à leur encontre un certain nombre d'a priori. Je les associais à ces cakes quelconques, généralement secs et sans goût, que des mamans, généreuses, mais néanmoins très mauvaises cuisinières, préparaient pour les fêtes de l'école et autres kermesses auxquelles je participais, étant petite. Ils n'étaient alors jamais à la hauteur de l'espoir que je mettais en eux. Le souvenir était tellement tenace que bien vite, j'ai pris pour habitude de ne plus choisir de cake. J'optais pour d'autres gâteaux, et sans l'aide d'une petite fée, ayant décidé un beau matin de m'envoyer un certain pleyel par la poste, je ne serais sûrement par revenue sur ce que je considérais comme une sage décision. Mais bien sûr, ouvrant ma porte, sur un colis venu du ciel (ou de Bordeaux) et contenant une petite douceur, tout spécialement réalisée pour moi, (avouez que rien que son arrivée, comme ça, à l'improviste, c'est quand même un truc de fou, comme dirait mon petit frère), j'ai évidemment cédé! Dès la première bouchée, j'ai compris (une fois de plus) que seuls les idiots ne changent pas d'avis, et que les cakes au chocolat, réalisés avec LA bonne recette, peuvent être terribles!

C'est pourquoi, lorsque Sandra, donc, a vanté les mérites de son cake au chocolat, disant qu'il était à ses yeux meilleur encore que le fameux pleyel qui m'avait fait retourner ma carapace, je n'ai pas hésité plus d'une seconde. Et c'est même sans prendre le temps de vérifier que j'avais tous les ingrédients à portée de main que je me suis lancée dans sa préparation. Alors bien sûr, au moment où, toujours en pijama (l'envie était si pressante que je n'étais, je l'avoue humblement, pas même passée encore par la case douche/habillage, avant de le commencer), j'ai découvert que je n'avais plus que de l'huile d'olive pour réaliser la fameuse recette, au lieu de l'huile neutre conseillée, il était tout simplement trop tard pour faire marche arrière, et j'ai alors décidé que ce léger détail ne mettrait pas un terme à une si belle aventure, ç'eût été trop bête. C'est pourtant avec un fond de crainte que j'ai fini la recette et mis le fameux cake à cuire.... Une longue heure durant laquelle les vapeurs chocolatées s'épanouissant lentement mais sûrement de mon four sont venue me chatouiller les narines a pourtant suffit à me convaincre qu'il ne pouvait pas être mauvais.

Et c'est ainsi qu'est né, un beau samedi de janvier et en exclusivité mondiale (parce que je soupçonne la seule Turtle d'avoir l'absolu courage de réaliser la recette à l'huile d'olive, bien que n'ayant absolument pas vérifié si d'autres s'y étaient frotté), le Cake ultra moelleux au chocolat et ... à l'huile d'olive!





Ingrédients:



  • 200 g farine
  • 85 g cacao en poudre non sucré
  • 7 g levure chimique (les 3/4 d'un sachet)
  • 125 g d'oeufs (3 petits)
  • 300 g sucre
  • 140 g huile végétale type arachide ou tournesol (pour moi, d'olive, donc!)
  • 125 g crème double (j'avais de la crème liquide à 15% MG)
  • 240 g lait entier (j'avais seulement de l'écrémé... ce qui en fait presqu'une recette light, non?)

Marche à suivre:


  • Préchauffer le four th 6-7 (200°C).
  • Beurrer le(s) moule(s).
  • Dans un bol moyen, tamiser ensemble la farine, le cacao en poudre et la levure. Réserver.
  • Dans un grand saladier, fouetter énergiquement les oeufs entiers avec le sucre et l'huile jusqu'à ce que le mélange prenne la consistance d'une mayonnaise fluide et lisse.
  • Incorporer les ingrédients secs petit à petit en mélangeant bien après chaque addition puis détendre la pâte avec la crème.
  • Ajouter le lait et mélanger sans trop travailler la pâte qui doit être homogène.
  • Verser la pâte (elle doit arriver à mi-hauteur si vous utilisez 2 petits moules à cake ou aux 3/4 pour un seul grand moule).
  • Egaliser la surface avec une maryse et enfourner : commencer par cuire 10 min puis baisser le thermostat à 150°C (th 5) et continuer la cuisson environ 55 min.
  • Vérifier en enfonçant un pic à brochette qu'il ressorte propre.
  • Refroidir dans le moule posé sur une grille environ 10 min avant de démouler.

Bilan des courses:


Pendant que je réalisais le gâteau, j'ai bien évidemment goûté la pâte, afin d'essayer de déterminer si oui ou non, mon ajout d'huile d'olive avait rendu le cake immangeable ... Bon, froide, la pâte avait quand même franchement le goût ... d'olive... L'association avec le chocolat n'était pas désagréable, mais pas non plus des plus percutantes, je ne tenais donc pas l'association du siècle.


Après l'avoir cuit, j'ai filé chez mes parents. C'était un challenge à leur hauteur. J'étais sûre d'une chose, s'ils n'aimaient pas, je le saurais très vite! Arrivée là bas, j'ai laissé le cake en évidence, l'air de rien, pendant que je commençais à corriger devant un bon petit feu concocté par ma Ratatouille (le dernier de mes frérots, c'est l'avantage d'avoir 1) un frère armoire à glace qui porte les buches de la pointe de l'auriculaire, 2) d'être aimée suffisamment pour qu'il s'inquiète d'avoir vu sa Turtle de soeur passer 15 minutes à photographier le fameux cake sur la terrasse qui, bien que baignée de soleil, n'en était pas moins très hivernale, et qui s'empresse de lui faire une petite flambée pour qu'elle se réchauffe la couenne...).


Ils ont alors, les uns après les autres, cédé à mon traquenard. J'avais bien évidemment omis de préciser que l'huile d'olive était de la fête. Résultat, je n'ai entendu que des "oh mon Dieu, qu'il est moelleux, ... rohhh, c'est toi qui a fait ça? ... rohhh, et moi qui voulait me mettre au régime.... ohhh non, sors moi ça de sous les yeux, ou je vais le finir, si ça continue... Non , il est juste trop bon...". Après les avoir entendu s'extasier, j'ai posé la question fatidique : "et tu ne trouves pas qu'il a un goût... spécial?"

Réponse spontanée autant qu'enthousiaste "ah non! pas du tout! il est tout doux, moelleux, pas trop fort en chocolat, non, non, vraiment, il est parfait!".


Bien sûr, je l'ai moi même goûté. C'était indispensable, question de principe. Après avoir cuit, le goût d'olive était beaucoup moins présent qu'à cru. Mais, bien sûr, pour ma part je le sentais, puisque d'une, je connaissais sa présence, et de deux, j'ai, je pense, le palais plus affiné que les miens. Quoi qu'il en soit, je vous recommande de ne pas vous lancer si vous n'avez pas un amour fou pour l'huile d'olive et une huile suffisamment bonne et légère (ce qui était quand même mon cas), pour permettre de s'associer avec le chocolat.


Hormis cela, le cake n'avait que peu en commun avec le fameux pleyel. Non qu'il soit moins bon, il est tout simplement très différent. Le pleyel est dense et très fort en chocolat, là où ce cake à la Ducasse est pour sa part léger, moelleux et fondant sans être lourd en bouche et à peine chocolaté. Pour les chocolats addict, je recommande de le couper en deux et de le fourrer avec une ganache, ou d'opter pour du vrai chocolat, à la place du cacao amer. Pour ceux qui rêvent simplement d'un cake tout en douceur, je ne peux que vous dire de foncer, sans l'ombre d'une hésitation...

Enfin, je crois que c'est la première fois que je goûtais un gâteau au chocolat où l'huile remplace le beurre. Je pense que c'est elle qui joue beaucoup dans la légèreté et le fondant de ce cake. Je ne vois que ça, pour changer à ce point la texture et le résultat est si probant, que bien que férue adepte du beurre dans les gâteaux en tous genres, je crois bien qu'à cause de cette recette... je vais revoir mes valeurs sûres, histoire de vérifier si certaines ne gagneraient pas au change. En somme, cette recette m'ouvre des perspectives nouvelles!

Quant à l'huile d'olive, je la réserverai sûrement pour un cake au citron. Ou alors, quitte à jouer l'originalité, en lui associant en plus du piment d'espelette (pour avoir testé celui de Guillemette, je sais que le chocolat et lui se marient somptueusement) ou un peu de poivre cubèbe, pour donner du répondant à la note verte qu'elle introduit.


Epilogue: avant de quitter la maison familiale, je n'ai pas omis de glisser un beau morceau de cake, en prévision de ma longue journée de corrections dominicale... Et lorsque, le lendemain, à 17 heures pétantes, l'heure du thé s'imposait, c'est avec une petite pensée émue pour Sandra, que j'ai à nouveau cédé au moelleux de ce fabuleux cake, accompagné d'un divin thé russe à s'en brûler les lèvres....

Conté par Alhya at 1/29/2008 10:40:00 AM

52 Comments:

Blogger Virginie Péan a dit...

Je préfère aussi les gâteaux à l'huile d'olive. Ils sont plus moelleux. Il parait qu'on les appelle gâteaux chiffonnés aux Etats-Unis.

11:00 AM  
Blogger Provence a dit...

Pourquoi tant de haine? me tenter entre la galette des rois et la chandeleur et un jean qui me nargue car je ne rentre plus mes.....dedans. Mais j'y pense (la belle excuse) je n'ai jamais essayé de cakes à l'huile d'olive! Peut-être est-ce moins calorique que le beurre? On va dire que OUI!
A voir le résultat avec la farine sans gluten? si ce n'est pas bon : je remettrais mon jean!

11:28 AM  
Blogger Flo a dit...

Il paraît que l'huile d'olive est magique en pâtisserie ... c'est l'occasion d'essayer ce fameux cake ! merci pour tous ces souvenirs d'exams remémorés grâce à toi :-)

11:33 AM  
Blogger Philo a dit...

Je ne savais pas que l'huile d'olive les rendaient plus moelleux mais ça ne me fait pas peur d'essayer car tes photos me font envie

11:36 AM  
Blogger Philo a dit...

Je ne savais pas que l'huile d'olive les rendaient plus moelleux mais ça ne me fait pas peur d'essayer car tes photos me font envie

11:36 AM  
Anonymous Nat a dit...

Sans problème, j'oserai bien volontiers ! Je mets déja de l'huile d'olive dans mes fougasses sucrées et dans mes pâtes à tarte ! Même pas peur !

11:37 AM  
Anonymous Guillemette a dit...

je sens que je vais bientot le tester celui-la, il a l'air d'etre tout moelleux tout leger ! mais j'utiliserai peut-etre une autre huile quand meme hein :D
bonne journee !

11:51 AM  
Blogger Hélène (Cannes) a dit...

Ici, on utilise très souvent l'huile d'olive dans les gâteaux, et tout particulièrement dans les brioches ... Personne n'en soupçonne jamais la présence mais, quand on a goûté une fois, on a beaucoup de mal à faire sans ensuite. Alors nul doute que ton cake va me plaire ( rien contre les cakes, je suis une adepte du Pleyel depuis plus de 20 ans ... ) !
Gros bisous après cette course contre la montre !
Gros bisous
Hélène

12:21 PM  
Blogger Adeline a dit...

il à l'air délicieux! moi je pense que ca ne me déplairait pas!
comme toi g le palais plus dévellopé que mon entourage se qui fait que souvent ils ne sentent pas les gout différents et subtil! mais ils me disent aussi tout de suite se qu'ils en pense et c'est bien pratique!
ils sont quand même tres bloqué sur les changements donc je pense que le pleyel aurait plus de succes à leur yeux!
bonne journée

12:44 PM  
Anonymous auré a dit...

J'ai déjà testé plusieurs gâteaux à l'huile d'olive aux carottes, au potimarron,, même nature!) et j'aime beaucoup, alors celui-là va me plaire j'en suis sûre! Bon courage pour la suite ;-)

12:54 PM  
Anonymous Lavande L&P a dit...

je ne mets pratiquement que de l'huile voire d'olive dans mes cakes. Et je confirme qu'au citron c'est fameux, mais pas seulement. Le dernier en date pour mon pôpa était aux pistaches et aux abricots secs et il a connu un réel succès.

12:55 PM  
Blogger Gracianne a dit...

Ah les gateaux que les mamans bien attentionnees apportentnt pour les kermesses...pauvre cake, a la reputation si bien sauvee par Lilizen, Sandra et Alhya, heureusement que vous etes la les filles.
L'huile d'olive, avec le citron c'est top, j'ai essaye ce weekend, mon huile est fruitee, les enfants en ont mange sans peine aucune. la texture est effectivement bien plus legere.

1:26 PM  
Blogger Audinette a dit...

L'huile de tournesol dans les gâteaux j'ai déjà fait, l'huile d'olive non mais même pas peur !
Surtout en découvrant tes photos...

1:47 PM  
Anonymous bergeou a dit...

L'avantage quand on est enceinte c'est que de toute façon on ne rentre plus dans ses vêtements et quand comme moi on a eu la chance de perdre du poids alors un cake au chocolat ça ne se refuse pas. L'huile d'olive j'ai testé et retesté dans mes petits gâteaux de petits déjeuner que j'adore alors j'irais les yeux fermés pour ton cake.

2:03 PM  
Blogger Anso a dit...

C'est marrant, à chaque fois ça me fait le coup !! Je ressors de chez toi avec un grand sourire aux lêvres et un immense sentiment d'apaisement !! Les mots justes, la musique douce, les aromes délicats, les saveurs exquises ... Merci pour ce bon moment passé avec toi, pour un peu je commençais à avoir mal au poignet !!
A bientôt

2:06 PM  
Blogger Tifenn a dit...

Je viens de donner à la maîtresse de mon fils la recette du Gatal, en précisant qu'une fois, en panne de beurre je l'avais remplacé par de l'huile d'olive...et oui, c'est divin, et pour l'anniversaire du Fils, c'est ce qu'il fallait...ah, les copies, mon chéri en est à 280 ce mois-ci, et en période de concours en plus! comment te dire que je comprends...que ceux qui osent dire que les profs ne travaillent pas se planquent, j'ai parfois des humeurs rageuses...

2:08 PM  
Anonymous Lisanka a dit...

Il a l'air excellent ton cake, mmmmmhhhhhhh!
Et ce billet, rahh qu'il est beau. Je vais vaincre mon aversion pour l'huile d'olive dans les préparations sucrées, même si j'avais déjà réalisé le cake de sandra à l'huile d'olive et au citron (tente-le, il est divin)

Tu en as de la malchance de corriger des copies! Moi je suis encore celle qui les écrit et qui marque des débilités et confond tout tout tout! Je suis en prep concours et je passe l'enm en juin; je ferai attention à débouter, car à l'oral ça ne le ferait pas!

Tu es chargée de td en droit?

Bises et merci encore pour ce beau billet,

Lisanka

2:16 PM  
Blogger Rosa's Yummy Yums a dit...

Un merveilleux cake! En effet, il doit être très moelleux et vraiment délicieux!

bises,

Rosa

2:30 PM  
Anonymous lory a dit...

ce cake est un vrai tentateur...ton blog est toujours plus beau!

2:48 PM  
Anonymous Lauriana a dit...

Oh ben dis donc ce cake il me laisse toute scotchée tant il a l'air moelleux, doux et tendre! Et parfumé aussi! L'idée de l'huile d'olive me covnient parfaitement, je le mets à mon tour dans mes favoris! Hop!

4:04 PM  
Anonymous MEts aventures a dit...

ahhhhh! la course copies du mois de janvier...et dire que l'espace d'un instant ça m'avait manqué....il fallait bien ce fabuleux cake pour tenir le coup!!
audrey

5:40 PM  
Blogger Mercotte a dit...

Mais ma petite turtle, l'huile d'olive c'est un grand classique voyons !! essaie aussi l'huile d'argan la prochaine fois c'est superncore plus de moelleux avec !! En vrai si tu veux du moelleux dans les cakes tu remplaces 1/4 du sucre par du miel car il retient l'humidité et tu auras tout le moelleux voulu , je te laisse par contre faire le calcul sachant que le miel a un pouvoir sucrant 1/3 plus grand que le sucre, après le droit les mathématiques pour éclaicir ton esprit !! c'est bon !

7:35 PM  
Anonymous Eryn a dit...

Ce cake me met tout simplement l'eau à la bouche, il a l'air sublime, les photos sont démentes. Après tant de copies ( l'effort ), le réconfort était nécessaire :p

J'étais comme toi, pleine d'à priori sur les cakes que je trouvais fades et secs. A la limite de l'etouffe-chrétien.

J'ai réalisé récemment un cake au citron, à l'huile d'olive et aux pignons, ce fut une révélation.

Bonne soirée :)

9:26 PM  
Anonymous Ana a dit...

Mais comment veux-tu que l'on résiste ? Même si je n'ai pas corrigé toutes ces copies, j'ai supporté un supérieur "bip", des enfants râleurs, des copines maussades pour cause de régime et un amoureux fatigué ! Alors oui, moi aussi je veux du réconfort ;-)))))

10:48 PM  
Anonymous Claire a dit...

Par ici aussi on corrige à tour de bras! Et pendant que tous les étudiants sont partis au ski, encore bien... on tient le coup grâce aux perles qui suscitent des fou-rires ici et là (proxénétisme et voile, c'est de toute beauté!). J'avoue partager ton a priori concernant les cakes, je les trouve toujours soit secs soit spongieux et mousseux. A cause de cela, je n'en fais presque jamais. Mais avec une telle recette si bien vantée je me laisserais volontiers tenter. Surtout, SURTOUT si elle permet de survivre à ces satanées corrections! Enfin, comme tu dis, on n'est jamais aussi contente de s'atteler à sa thèse qu'après une bonne cure d'examens à corriger :-)

1:39 AM  
Anonymous michette a dit...

Je fais beaucoup de pâtisserie à l'huile d'olive (chez moi elle est très fruitée et pas trop forte)mais avec le chocolat je n'ai jamais essayé !

8:18 AM  
Anonymous Marielle a dit...

J'ai été souvent déçu par les cakes au chocolat. mais tes photos sont tellement sublimes, on croirait de la mousse au chocolat, que je vais tenté la rélisation de ton cake. et pourquoi en plusieurs versions comme tu le proposes. bisous chère Turtle !!

9:14 AM  
Blogger Patrick CdM a dit...

Un jour, si on ne trouve pas mieux à se raconter, ce qui m'épaterait, je te dirai comment j'ai passé mes examens de droit, notamment les oraux; ce sont d'ailleurs ces derniers qui m'ont convaincu de mes talents de vendeur, j'aurais aussi pu faire un bon avocat (en féroce). Prof jamais, car je déteste ramener du boulot à la maison.

Il est bien long ce billlet, comme je les aime en fait, ces tranches de vie qui sonnent juste et clair, et les recettes qui ne passent jamais par tes mains en conservant leur état d'origine.

Tu me crois ou tu me crois pas, mais j'apprécie beaucoup l'huile d'olive en sucré, notamment dans les desserts provençaux.

Avec le chocolat, j'ai déjà essayé, en gâteau; mon meilleur souvenir fut une salade fraises/huile d'olive/chocolat rapé, une préparation traditionnelle, mangée sur le port de Toulon avec un marin de Plougastel, çà ne s'invente pas!

9:44 AM  
Anonymous menus propos a dit...

L'huile d'olive ? Mais pas de problème, je prends. Pour avoir goûté, cuisiné le gâteau aux framboises et à l'huile d'olive de Pierre Hermé, ça ne me choque pas.
En lisant ton récit sur ton w.e. de corrections, j'ai bien compati. Quel boulot!

9:44 AM  
Blogger senga a dit...

Dimanche, nous étions au moins deux à corriger, mais moi je tronçonne pour n'avoir jamais plus de 20 copies dans le journée... C'est mon grand êge qui le veut !! L'huile d'olive c'est original et c'est bon, une fois cuit d'ailleurs, c'est vrai, ça se sent moins. Je réalise de temps en temps le gâteau citron huile d'olive d'Hermé qui est parfait et parfumé de façon très subtile... Avec le chocolat, c'est à tenter et pour le moelleux il est parfait semble-t-il !

11:42 AM  
Blogger Eglantine a dit...

Dis toi bien que ton marathon fort entamé va bientôt se terminer... tu as déjà fait une bonne partie du chemin. Bon, c'est vrai t'auras encore pas mal de copies à corriger mais avec un tel réconfortant ça va aller tout seul et puis en cours de route, je suis sure que tu trouveras autre chose d'aussi alléchant et que tu nous en feras profiter. Tout bénéfice pour nous... Bon courage !

12:25 PM  
Blogger Fanny's a dit...

Alors la je craque, c'est trop dur... Il a l'air si bon ton cake sur les photos que huile d'olive ou pas, même pas peur, je t'en pique une part...

8:49 AM  
Blogger annie dedicacessen a dit...

Faut plus donner de devoirs, plus de corrections et des élèves épanouis. Ou alors, un devoir mais une correction commune. Plus de notes. Je me suis toujours demandé à qui ça servait, les notes, sûrement à se rassurer quand on est prof, parent, savoir où les élèves en sont... un repère... Mais par rapport à quoi ? Bref, on dirait bien que de toute façon, on ne prend pas le chemin d'une éducation qui responsabilise et fasse confiance, d'une société qui se passe d'évaluations normées pour regarder et comprendre la valeur unique de chaque individu... So... vive les crampes au poignet et les cakes. Je rêve de ce que tu as. Pas les copies. La maison de tes parents, le frère et son feu de cheminée. La douceur des voix en cuisine qui commentent ton boulot... Tout ça...

8:55 AM  
Blogger lydian a dit...

Vraiment tentant, il a l'air divin et vraiment pas sec comme ceux que j'ai déjà pu faire, je me dépeche de le tester!

9:33 AM  
Anonymous http://sylcuisine.canalblog.com a dit...

Ton gâteau a l'air terrible, il est aérien comme de la mousse !
J'ai déjà essayé de l'huile de tournesol dans un gâteau et c'était un délice :o)

11:03 AM  
Anonymous Annellenor a dit...

L'huile fait des merveilles dans la légèreté des gâteaux, mais huile d'olive et chocolat méritent aussi un essai de ma part !
Superbe cake que j'embarque presto, presto !

5:28 PM  
Anonymous mika a dit...

ouah cela doit être un pur délice!

6:59 PM  
Blogger shinobi a dit...

oser je sais pas mais bonne année la turtle non non je suis dans les temps on a jusqu'à fin janvier ...:o)

7:22 PM  
Blogger Easy kitchen a dit...

je me régale aussi bien des perles glissées dans les copies que de ce gateau tout moelleux. l'huile d'olive est incomparable pour apporter de la douceur

7:56 AM  
Blogger Sophie a dit...

J'avais testé avec bonheur l'huile d'olive dans un tarte renversée aux fruits (une recette de Fabienne Eggs and mouillettes) mais là avec le chocolat de nouvelles portes s'ouvrent à moi... Merci Alhya !

9:59 AM  
Blogger Flo Bretzel a dit...

Décrit de cette manière, j'ai forcement envie de tester la version à l'huile d'olive!
Quand aux musiques qui passent, elles sont toujours à mon goût.

12:49 PM  
Anonymous nat a dit...

J'ai lu dans le Elle à Table que Clotilde de Chocolate & Zuchini mettait de l'huile d'olive dans son fameux gâteau au chocolat ... ça ne m'étonnerai pas que ton cake vienne me chatouiller les neurones dès demain matin ;-)

1:09 PM  
Anonymous labas a dit...

les photos sont magnifiques!!!!

4:58 PM  
Blogger Tit' a dit...

C'est pas qu'j'aime pô, mais heu... en vérité, y'a pas assez de choucoulat ! Pas assez du tout. M'en faut une bonne tablette à mouâ, pour faire un bon cake au choucoulat. On en débattera activement très bientôt, ma Turtle. Trèèès bientôt ! :)))

10:44 PM  
Blogger Mary a dit...

en tant que fan de fondant au chocolat et des crumbles à l'huile d'olive (merci à Cléa) je dois dire que dans ces dessets est idéal, merci à toi !

10:50 PM  
Anonymous Marie-Thé a dit...

De l'huile d'olive ?? tiens pourquoi pas à tester d'urgence vu le résultat ton cake me parait plus qu'ultra moelleux! bon week-end.

8:30 AM  
Anonymous marion - il en faut peu pour ... a dit...

y'a rien à faire, tu trouves toujours des excuses pour faire "pas comme dans la recette" :))))))
Il est dans mes favoris aussi, mais comme toujours, je le testerai en version originale avant de faire des modifications ;)

10:41 AM  
Blogger La cuisine des 3 soeurs a dit...

Surprenant que j'ai zappé unr recette au chocolat. Les gâteaux, c'est 100% pur beurre, mais ce que tu racontes de ton cake me pousses à te suivre dans tes essais.

2:33 PM  
Anonymous Hélène a dit...

Toujours en retard d'un train, je n'ai pas encore testé l'huile d'olive dans mes cakes. Tu m'as bien évidemment convaincu.
Bon courage.

2:45 PM  
Blogger Fanny's a dit...

Ayé j'ai testé, il est merveilleux, délicieux, somptueux et cacaoté!

10:44 AM  
Anonymous marietom a dit...

Premier passage ici, j'ai commencé par la gâteau au chocolat, mais demain, après une bonne nuit de sommeil, je m'attaquerai à la suite !
J'ai bien ri...
Petite envie de tester ce cake...
Petite pensée pour les corrections (j'ai connu...)
Bon week-end
Marie

11:07 PM  
Anonymous lilizen a dit...

Complètement convaincue ! car l'huile d'olive donne du moelleux c'est sûr...j'essaye donc cette semaine pour pas dire dés demain !
Et merci pour ton clin d'oeil !
A bientôt !

7:02 PM  

Enregistrer un commentaire

Fiche recette

Créer un lien

<< Home